Un rachat mobiliaire en 1713


Gros de St Omer, rachat du 20/02/1713

Martin DESPERCHES vivandier demt présentement en cette ville veuf de feue Catherine COLLIN reconnait qu’il est d’intention de se convoler en secondes noces avec Marie HERBERT jeune fille demt en cette ville.

Il n’y a aucun rachat fait entre lui et ses enfants qu’il a retenu de ladite COLLIN.

Voulant cependant conserver les droits qui pourraient appartenir à ses dits enfants dans la communauté qu’il y a entre lui et ladite COLLIN, et pour s’acquitter de ses devoirs paternels, il déclare qu’il appartient à ses enfants 100 livres, qu’il promet payer à ses dits enfants au nombre de trois à l’avenant de chacun un tiers quand ils prendront état honorable ou bien quand ils seront parvenus à l’âge de majorité.

Fait en présence de Pierre TURGY marchand cabaretier en cette ville et de Jean PERRET marchand fripier en icelle ville ses bons amis, qui ont pareillement déclaré  de connaitre les facultés d’icelui et qu’en effet il ne doit appartenir aux enfants susdits que la somme stipulée.

2 Commentaires

Classé dans Actes intéressants

2 réponses à “Un rachat mobiliaire en 1713

  1. Ping : Un rachat mobiliaire en 1713 | blog de Jobris | Scoop.it

  2. Ping : Un rachat mobiliaire en 1713 | Rhit Genealogie | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s