Bail du moulin « le mont à carré » en 1731


Gros de St Omer, bail 96 du 20/06/1731

Louis LAURENCE maitre meunier demt à St Martin au Laërt, stipulant en qualité de mari de Marie Anne PATERNEL, Jacqueline PATERNEL veuve de Liévin COPPIN vivant maitre boulanger en cette ville, Jean Baptiste BREBION maitre chapelier en cette ville mari de Françoise PATERNEL et Marie Isabelle DELEBARRE fille jouissant de ses biens demt aussi en cette ville d’une part.

Antoine Matise PATERNEL maitre meunier et Jean Baptiste PATERNEL jeune homme émancipé et mis au régime et gouvernement de ses biens tous deux demt  aussi en cette même ville d’autre part.

Les premiers accordent à titre de bail et louage aux seconds un moulin à vent situé sur les remparts de cette ville nommé le mont à carré près la porte neuve à usage de moudre blé, item une maison et héritage sise en cette ville rue de l’écu d’Artois tenant d’un côté aux héritiers du sieur Martin BROUCQ, d’autre audit mont à carré, par derrière au St POORT, faisant face à ladite rue, où demeurent actuellement les seconds comparants.

Bail pour en jouir le temps et espace de trois ans continuels moyennant 250 livres en deux termes égaux…

Pardessus le rendage et sans diminution d’icelui, les preneurs paieront les guets et centièmes ordinaires et extraordinaires, ainsi qu’une rente foncière de trois rasières de blé par an dus au corps et communauté des maitres tanneurs de cette ville, soit en nature soit en argent.

Les preneurs seront tenus et obligés d’entretenir ledit moulin de verges entrebu lattes cotteret chevilles fuseaux pointes et noyaux, la corde en dedans et celle en dehors et toutes autres réparations locatives, comme aussi d’entretenir les vitres de ladite maison après qu’elles auront été mises en état par les bailleurs.

Ensemble seront tenus lesdits preneurs de prendre par prisée ce que le vent fait tourner et est mouvant audit moulin comme verges entrebu lattes cotterets chevilles fuseaux pointes noyaux cordes en dedans et celle en dehors et autres ustensiles y servant et d’en payer le moins vaille selon la prisée qui s’en fera entre les parties amiablement à leur sortie par experts, sans que les preneurs puissent se servir des câbles à autre usage que de lever les meules à peine d’intérêt.

Si devront lesdits preneurs soigneusement prendre garde qu’icelui moulin soit toujours tourné à vent parce par leur faute et négligence il vienne à tomber ou brecher, sous peine d’être tenu au rétablissement de la même manière qu’auparavant la faute arrivée.

Devront encore lesdits preneurs pardessus ledit rendage payer le droit de vent.

Dans le rendage annuel de 250 livres, les preneurs auront droit de retirer leur part à concurrence des droits qu’ils y ont en qualité de cohéritiers jointement lesdits bailleurs.

Au surplus, il a été convenu entre les parties qu’arrivant qu’ils vinssent à vendre ledit moulin sans ladite maison durant le cours de ce bail, les preneurs se désisteront de la jouissance du moulin en faveur de l’acquéreur et en ce cas ils paieront seulement pour le rendage de ladite maison 75 livres.

2 Commentaires

Classé dans moulins et meuniers

2 réponses à “Bail du moulin « le mont à carré » en 1731

  1. Ping : Bail du moulin « le mont à carr&ea...

  2. Ping : Le moulin du mont à carré en 1732 | Blog de Jobris, Joel Brismalin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s