Reconnaissance d’une famille GILLION en 1732


Gros de St Omer, reconnaissance 29 du 03/07/1732

Pierre GILLION oncle et héritier du chef paternel de Jean François GILLION fils et héritier à son trépas de Jean, et Charles DUQUESNE tous deux laboureurs demt à Bayenghem les Eperlecques, mari et bail de Marie Anne GILLION  icelle tante et héritière dudit Jean François.

Lecture à leur apaisement d’une rente de trente livres par an au rachat de 1000 livres restant de 2375 livres de capital et en cours qui était originellement de 118 livres 15 sols par an créé solidairement par ledit feu Jean GILLION et Anne LAMPSTAS sa femme au profit du sieur Jean Baptiste BOONE bourgeois marchand orfèvre demt en cette ville et damoiselle Marie DELECROIX sa femme par contrat du 13/08/1698, en marge de laquelle est un rembours de 1375 livres en date du 20/03/1699, un acte de réduction du 06/08/1720 sur le pied de trois livres quinze sols du cent à l’égard des 1000 livres restant à rembourser et un autre du 29 dudit mois d’aout 1720 qui réduit lesdits 1000 livres de capital à 3% à commencer du 29/08 dudit an. Aussi au dos de ladite rente sont joints deux hypothèques données pour sureté, l’une des francs alleux de la châtellenie de cette ville le 30/08/1698 et l’autre de la loi de Muntque Nieurlet le 29/12/1710. Item l’acte de subrogation du 28/08/1720 donné par ledit Pierre GILLION en sa qualité d’oncle et tuteur dudit feu Jean François GILLION fils et héritier de Jean en faveur de damoiselle Marie Jacqueline Antoinette MARSILLE veuve du sieur Gilles MAES et de damoiselle Marie Jeanne Dominique MARSILLE veuve du sieur DE MARIGNA demt à St Omer et la quittance du paiement  qu’elles ont fait le 29 dudit mois et an au profit ou plutôt à ladite demoiselle Marie DELECROIX femme séparée quant aux biens dudit Sr BOONE créancier originaire d’une somme de 1192 livres 13 sols pour les deniers principaux restant de la rente, arrérages ratte de temps  frais de lettres hypothèques droits seigneuriaux jusqu’au dit jour.

Les comparants reconnaissent  la rente exécutoire sur eux et leurs biens, au profit de ladite damoiselle Marie Jeanne Dominique MARSILLE veuve du Sr DE MARIGNA demt à St Omer, ayant droit dans ladite rente comme est dit et par vertu des actes sus datés.

Ils promettent de payer  les arrérages échus le 29/12/1731, se montant encore à la somme de 168 livres 18 sols, déduction faite de tout paiement acompte, y compris celui du 24/03/1731 noté sur le cueilloir de ladite damoiselle DE MARIGNA que Jacques DEPRECQ laboureur audit Bayenghem promet de payer à la décharge  comme étant tenu à cause de son mariage avec Marie Jeanne DEMANNE qui a été alliées avec ledit feu Jean GILLION qui l’a eu en secondes noces.

Lesdits Pierre GILLION et Charles DUQUESNE promettent continuer le paiement des cours  à échoir à l’avenir de ladite rente.

Un commentaire

Classé dans Actes intéressants

Une réponse à “Reconnaissance d’une famille GILLION en 1732

  1. Ping : Reconnaissance d'une famille GILLION en 1732 | ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s