Accommodement d’une famille PETIT en 1730


Gros de St Omer, accommodement du 22/04/1730

Jacques PETIT maréchal demt à Dohem, Jean PETIT meunier demt à St Martin près d’Aire, Jacques PETIT majeur de droit valet par cour demt à la Mal Assize fils et héritier de Marc qui fut frère germain de Marie Françoise PETIT vivante femme de feu Pierre CARPENTIER en cette qualité héritier à concurrence de ses droits de ladite feue Marie Françoise PETIT, Marie Catherine PINTEL veuve de Mathieu PETIT demt à Dohem mère et tutrice de ses enfants en nombre de sept qu’elle a retenu d’icelui, Marie Catherine PETIT âgée de 20 ans demt au Maisnil Dohem se faisan fort de Pierre François et Marie Thérèse PETIT iceux enfants d’Antoine, iceux Jacques, Jean, Mathieu et Antoine PETIT frères consanguins de ladite Marie Françoise PETIT, en ces qualités héritiers à concurrence de leurs droits de ladite Marie Françoise PETIT d’une part.

Pierre DUMONT tisserand de toile demt à Coupelle vieille mari de Marie Catherine CARPENTIER, Michel MERLEN charron demt audit Coupelle Vieille mari de Marie Anne CARPENTIER, icelles CARPENTIER sœurs et héritières dudit feu Pierre CARPENTIER de seconde part.

Les comparants déclarent qu’ils cassent et annulent la transaction faite entre lesdits PETIT et ledit feu Pierre CARPENTIER ensuite du décès de ladite Marie Françoise PETIT, au sujet de laquelle lesdits PETIT avaient obtenus lettres de la chancellerie d’Artois pour la faire annuler à raison qu’iceux PETIT soutenaient être lésés par icelle.

Comme ledit CARPENTIER est venu à décéder, les parties ont convenu comme s’ensuit.

Les premiers comparants accordent aux seconds de prendre par préférence dans lesdites successions et dans ladite maison mortuaire 135 livres pour les voyages et vacations qu’ils ont fait ensuite du décès dudit CARPENTIER pour soutenir ladite transaction.

De plus les premiers comparants accordent et consentent qu’iceux seconds nommés prennent tant en vertu du contrat de mariage fait entre lesdits feux CARPENTIER et PETIT…

Item ils consentent que lesdits seconds comparants prennent comme dessus 500 livres et un lit garni, un coffre neuf « onnes » de toile, un petit « copon » de toile, deux grosses « tareilles » quatre autres petites et un mail de fer ou la valeur, item 81 écus faisant 243 livres échus audit feu Pierre CARPENTIER de la succession de feue Jeanne NOEZ sa mère.

Quant aux dettes passives de ladite maison, elles se paieront en commun, ainsi que le nombre de 260 messes pour le repos des âmes desdits CARPENTIER et Marie Françoise PETIT avec les obsèques et funérailles d’icelle.

Après toutes lesdites dettes payées, le surplus desdites deux successions se partagera, savoir une moitié aux premiers et l’autre moitié aux seconds.

Si quelqu’un desdits héritiers aurait quelques effets desdites successions sans l’avoir acheté à la vendue mobiliaire, il serait tenu les renseigner et les rapporter.

Un commentaire

Classé dans Actes intéressants

Une réponse à “Accommodement d’une famille PETIT en 1730

  1. Ping : Accommodement d'une famille PETIT en 1730 | blo...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s