bail du droit de charger des grains à St Omer en 1733


Gros de St Omer, rebail 146 du 06/06/1733

à la requête de Jean François DEPOTER, Jean Baptiste LEURS, Michel DECUPRE et Albert CATOIRE quatre maitres représentant le corps et communauté du métier des francs bateliers de la ville de St Omer en leur chambre ordinaire de leur maison au Hautpont faubourg de la ville de St Omer, a été procédé publiquement et au plus offrant au rebail du droit et permission de charger par les bateliers étrangers dans ladite ville et faubourg aux jours de marché tels que mercredi et samedi les grains de provision que l’on appelle meusné (mannée ?) pour les habitants des villages dont sera ci après parlé, et cela pour un an…

… Pour par ceux qui prendront en bail le susdit droit qui a toujours appartenu audit corps de métier, voiturer les mêmes grains aux endroits qui seront marqués, profiter du droit des voitures et aux autre conditions ordinaires.

Pour ce qui est du prix pour lequel ils seront respectivement adjudicataires, ils en paieront la moitié comptant et l’autre moitié en dedans trois mois à compter de la date des présentes.

- ladite permission et droit a été accordé pour les villages de St Nicolas St Folquin et St Pierre Brouck, accordé à Guillaume FAILLAU batelier à St Nicolas pour 72 florins soit 90 livres, Jacques BILLET bateler à Mentquebeur preneur avec ledit FAILLAU.

- item pareil droit et permission pour Audruicq Nortkerque Ste Marie Kerque et Capelle accordé à Charles PETITPAS batelier d’Audruicq pour 40 florins soit 50 livres, Jacques BILLET batelier à Menquebeur preneur avec ledit PETITPAS.

- item pareil droit et permission pour les villages de Polincove Zutkerque et Recques a été accordé audit PETITPAS pour 13 florins soit 16 livres 5 sols, Jacques BILLET batelier à Menquebeur preneur avec ledit PETIPAS.

- item pour Eperlecques et bleue Maison pareil droit et permission a été accordé à Jacques MARGUILLIER et Jacques DUSAUTOIR bateliers d’Eperlecques pour trois florins au courant 3 livres 15 sols.

- item pour le village de Ruminghem pareil droit et permission a été accordé à Jean Baptiste WILAY batelier de Ruminghem et Marie Jeanne BOCQUET veuve de Jean Baptiste HERMAN à la caution l’un de l’autre pour 5 florins au courant 6 livres 5 sols.

- item pareil droit et permission pour les villages d’Houlle Hellebroucq Wincle et Moulle a été accordé et adjugé à Jean Josse BOLART batelier demt à Houlle pour la somme de trois florins au courant trois livres quinze sols.

- item pour les villages d’Holque et Wattendam.

- item pour les villages de Millam Looberghe Merkem et Cappelle Brouck pareil droit et permission a été accordé à Cornil CLEMENT batelier à Millam au prix de 48 florins au courant 60 livres.

- pour Scoubroucq pareil droit et permission a été accordé à Gilles DESMONDT batelier aussi avant que s’étend son estabonne à Scoubroucq pour le prix de 12 florins au courant 15 livres.

- item encore pour Scoubroucq pareil droit et permission accordé à Nicolas HENDRICQ aussi avant que s’étend son estabonne à Scoubroucq moyennant trois florins…

- item encore pour Scoubroucq pareil droit et permission a été accordé à Pierre MACREL aussi avant que s’étend son estabonne moyennant quatre florins…

- item encore pour Scoubroucq pareil droit et permission a été accordé à Jean DEVINCQ aussi avant que s’étend son estabonne audit Scoubroucq 40 patars au courant 50 sols.

Estabonne : je n’ai trouvé d’approchant que « stabon ». Le dictionnaire du Moyen Français donne pour définition sans certitude : berge ?

Edit du même jour:

On a enfin trouvé la définition sur le Net (Merci à Jocelyne et Aimé pour leur aide):

 Etabonne : vieux mot synonyme de quai. Il est fréquemment employé dans les anciens titres et règlements de la Flandre et de l’Artois.

Définition trouvée sur Googlebook, dans le dictionnaire des travaux publics civils militaires et maritimes de 1836. Lien vers la page.

 

4 Commentaires

Classé dans Actes intéressants, dictionnaire

4 réponses à “bail du droit de charger des grains à St Omer en 1733

  1. Pingback: bail du droit de charger des grains à St...

  2. Cher Joël,
    Le terme « estabonne » apparaît déjà en 1429-1430:
    Voir: A. GIRY, « Analyse & Extraits d’un Registre des Archives Municipales de Saint-Omer 1166 – 1778″, in: « Memoires de la Société des Antiquaires de la Morinie », Tome XV, 1874-1876, Saint-Omer – Paris, 1876, p. 162, n°227:
    « L’échevinage accorde « aux maresquiers ayant terres maresques en Lisle que ilz et leurs successeurs maresquiers qui y aront terres maresques porront carquier fiens sans mettre drap sur l’estabon et le bort du batel sur les rivières de l’Estat et de l’Erbostat par condition que chacun d’iceulz maresquiers présent et avenir, sera tenu de ouvrer de leur labeur une journée par an au proufit du corps de le ville en tel lieu ou lieux et en telle saison que plaira à messieurs qui seront pour le temps.» »
    Amitiés,
    Aimé

  3. PARASOTE

    ça fait penser à « bien être »……:)

    Joël:)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s