Bail du moulin de Nortbécourt en 1711


Gros de St Omer, bail du 24/12/1711, à Aire (4E5/660)

Charles HANCQUIER meunier demt au village de Nortbécourt prend à titre de bail ferme et louage de dame Marie Lucresse DE CATRIS/CATRIX veuve et demeurée es biens et douairière de Jean Baptiste THERY vivant escuier seigneur de Nortbécourt baillieul aux couart lamotte et autres lieux et de Jean Baptiste THERY escuier son fils ainé Sr de Littre et desdits lieux le moulin dudit lieu de Nortbécourt à usage de moudre blé avec la maison qui est près dudit moulin.

Bail pour en jouir le temps terme et espace de trois six ou neuf ans continuels au chois du preneur, à entrer en jouissance au 15/11/1712 fin du bail précèdent.

Bail parmi et moyennant chacun an la somme de 300 livres de France en celle de France en celle de France 240 ou or ou argent ayant cours audit Nortbécourt, en deux termes de paiement.

Il promet de payer comptant pour vin du présent marché 40 livres, à charge de par ledit preneur faire décharge un obit la veille de tous les saints annuellement en l’église dudit Nortbécourt, et pourquoi il paiera au curé dudit lieu un demi écu.

Le preneur sera obligé d’entretenir ledit moulin de pointes, noyaux, chevilles, « fuziaux », lattes « cotteres » et généralement tout ce qui est réputé petit meuble.

Si il convient travailler audit moulin, a été dit que ledit preneur sera obligé loger les ouvriers, leur donner de la soupe « bouly » ou petite bière à raison de quoi il ne pourra prétendre aucune modération ni intérêt pour le retardement, à moins que le moulin « n’ait retardé plus de huict jours »…

Il sera tenu d’entretenir ladite maison de lattes torques mortier et couronnes et les quatre « chious » dudit moulin.

Si le preneur venait à mourir auparavant l’expiration du présent bail, ses enfants et héritiers seront libres de rendre ledit moulin et maison quand bon leur semblera, moyennant en avertir les sieur et dame 31 jours auparavant.

3 Commentaires

Classé dans moulins et meuniers

3 réponses à “Bail du moulin de Nortbécourt en 1711

  1. Aimé Smeyers

    "les quatre « chious » dudit moulin".
    Ne faut-il pas lire « chions »?
    Voir: R. DEBRIE, "Lexiques picards du Cidrier et du Meunier", Eklitra IV, 1967, p.20: chyon, s.m., ante, pièce de bois faisant toute la longueur de l’aile et autour de laquelle on enroule la toile.
    Voir aussi: Y. COUTANT, "Dictionnaire historique et technique du Moulin dans le Nord de la France – de Lille à Cambrai du 13e au 18e siècle", Brepols, 2009, p. 270-271 (avec de nombreux exemples).

    • Bonjour Aimé,
      Vous avez à coup sûr raison, c’est surement ça.
      J’avais cherché sur le net et dans mes quelques livres sans rien trouver, merci de votre aide!
      Amicalement
      Joël

  2. Pingback: Bail du moulin de Nortbécourt en 1711 | ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s