St Omer, CM FRANCOVILLE X QUEVAL en 1729


Gros de St Omer, contrat de mariage 47 du 04/01/1729 (4E5/808)

Pierre FRANCOVILLE fils à marier des défunts Charles et de Marguerite ROUSSEL vivant laboureur demt à Ferlinghem gouvernement d’Ardres, assisté de frère Arnoult FRANCOVILLE prêtre chanoine régulier de l’abbaye de Licques, de Charles et Jean FRANCOVILLE ses frères germains demt audit Ferlinghem, de vénérable personne le sieur Pierre QUEVAL prêtre curé de Surques, de Charles ROUSSEL son cousin remué de germain demt audit Licques d’une part.

Marie Louise QUEVAL fille à marier d’encore vivant Jacques et de défunte Louise CARON laboureur demt à Cahem assistée de son dit père, d’Antoine BUSCOT demt audit lieu, de Louise CARON sa femme et cousine à ladite Marie Louise QUEVAL d’autre part.

À l’égard dudit Pierre FRANCOVILLE futur mariant, il a déclaré lui compéter et appartenir et qu’il apporte à ce mariage la somme de 4000 livres en espèces sonnantes pour ce qu’il lui revient à sa part du mobilier après le trépas de ses feus père et mère. Apporte encore à ce mariage le nombre de 27 à 28 mesures ou environ de terres tant à usage de pâture que labours en plusieurs pièces au village et terroir dudit Ferlinghem, plus au long repris au partage que son dit feu père en a fait.

À l’égard de ladite Marie Louise QUEVAL futur mariante, elle a déclaré qu’il lui appartient la moitié à l’encontre dudit Jacques QUEVAL son père dans tous les biens mobiliers et réputés tels qui lui sont dévolus par le repas de ladite feue Louise CARON sa mère évaluée du consentement des parties à la somme de 1500 livres de France pour sa dite moitié. Item compète et appartient encore à la future épouse et qu’elle apporte pareillement à ce mariage le nombre de 17 mesures ou environ de terres à labours prés pâtures situées en plusieurs pièces au terroir dudit Cahem et à l’environ, qui lui procèdent e du chef et succession de sa dite feue mère. Item ledit Jacques QUEVAL son père lui cède en faveur du présent mariage étant en avancement de sa succession qu’à cause du droit qu’elle y a comme acquêt avec sa dite fille par continuation de communauté de sa dite mère, le nombre de 11 mesures ou environ de terres à labours pâtures et prairies situées en plusieurs pièces au même terroir de Cahem acquis depuis la mort de sa dite mère de plusieurs personnes… pour desdites terres en jouir du jour de la consommation de ce mariage… De plus son père lui laisse la propriété des biens en fond qui lui procèdent de ses propres patrimoniaux en avancement de son hoirie et succession, montant encore à 26 mesures audit Cahem et aux environs à condition cependant qu’il s’en réserve l’usufruit pendant sa vie durant… Il reconnait sa dite fille future mariante pour seule et unique héritière des biens mobiliers et immobiliers qu’il laissera à son trépas, et à condition toutefois que si elle décédait avant lui sans délaisser d’enfants, pour lors il se réserve en ses pleins droits tant des acquêts que de ses propres patrimoniaux qu’il lui a laissé la propriété…

Un commentaire

Classé dans contrats de mariage

Une réponse à “St Omer, CM FRANCOVILLE X QUEVAL en 1729

  1. Pingback: St Omer, CM FRANCOVILLE X QUEVAL en 1729 | blog...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s