St Omer, conventions pour apprentissages en 1737


4E5/879 conventions pour apprentissages 1737

Convention 6 du 12/07/1737

Le Sr Nicolas Dominique ALLART marchand cartier en cette ville d’une part.

Etienne CANLERS Me boulanger en cette ville d’autre part.

Le second comparant a engagé Philippe Joseph CANLERS son fils au premier comparant pour le temps de quatre ans pour travailler au métier de cartier… Ledit ALLART promet lui montrer ce qui sera à montrer et concernant ladite profession… Ledit CANLERS s’engage que ledit ALLART jouira pendant quatre années du four pour (sécher ?) les cartes et cartons, et livraison de pain sans payer aucune chose…

Convention 30 du 17/05/1737

Le Sr Jean Baptiste CARPENTIER marchand « etignier » demt en cette ville d’une part.

Pierre François DESCAMPS gagé de 16 ans fils de Pierre François DESCAMPS marchand boulanger en cette ville d’autre part.

Ledit Pierre François DESCAMPS s’est mis en apprentissage chez ledit CARPENTIER à effet d’y apprendre le métier d’« estinier » pendant trois ans… Convention moyennant 200 livres…

Convention 36 du 13/03/1737

Martin Joseph BRUNEL bourgeois Me gourlier demt en cette ville d’une part.

Dominique MONFAIT jeune homme à marier demt présentement en cette ville, natif du village de Bléquin d’autre part.

Le premier comparant promet d’apprendre audit MONFAIT le métier de gourlier… de le nourrir et alimenter pendant deux ans… MOYENNANT quoi ledit second comparant promet lui payer 100 livres…

Convention 58 du 18/03/1737

Christophe BEUGNIEZ maitre cartier demt en la ville d’Aire de présent en cette ville d’une part.

Le Sr Antoine NICOLLE échevin des dix jurés pour la communauté de cette ville y demt et damoiselle Antoinette Françoise CAPPELLE sa femme d’autre part.

Les seconds comparants sont dans la volonté de faire apprendre à François Bernard CAPPELLE leur neveu aussi demt en cette ville le métier de cartier… Ledit BEUGNIEZ devra nourrir et coucher ledit François Bernard CAPPELLE comme pensionnaire, blanchir son linge… l’apprendre et instruire sans la forme et manière qu’il convient faire pour le rendre parfait, suivant que ledit François Bernard CAPPELLE voudra s’appliquer, et que son génie pourra le porter à être zélé pour se perfectionner audit métier de cartier… moyennant 300 livres pour quatre années d’apprentissage…

Convention 98 du 22/12/1737

Vénérable et discrète personne Me François CAZIN licencié en droits canon et civil de l’université de « pais » (Paris ?) et prêtre et chanoine de l’église cathédrale de St Omer d’une part.

Philippe CONTE « fabricqueur de bas à loustil » demt en cette ville d’autre part.

Jean Jacques DELIAU domestique du premier comparant est dans l’intention d’apprendre ledit métier de « fabricqueur » de bas à l’outil. Le second comparant s’engage de lui montrer et apprendre tout ce qu’il conviendra dans ledit métier, pour tacher de le rendre parfait si faire se peut dans son art… Le premier comparant promet lui payer 30 livres, et de livrer un métier pour travailler par ledit LIAU, lequel appartiendra toujours audit CAZIN… Ledit LIAU promet travailler au profit dudit second comparant pendant le temps et espace de 18 mois…

Convention 99 du 05/08/1737, et brevet d’apprentissage

Marie Thérèse GARBE veuve de Jacques Charles SURELLE demt en cette ville. Pour faire le profit et avantage de Jacques Alexandre SURELLE son fils âgé de 13 ans ou environ, elle l’a mis en apprentissage pour deux années entières avec Jacques Martin PERCHE maitre chaudronnier demt en cette ville, qui l’a pris pour son apprenti et promet de montrer son dit métier de chaudronnier et tout ce dont il se mêle en icelui… Moyennant 30 livres.

07/08/1739 : ledit Jacques Martin PERCHE reconnait que ledit Jacques Alexandre SURELLE son apprenti l’a bien et fidèlement servi pendant les deux années… et consent que ledit apprenti aille servir où bon lui semblera comme compagnon dudit métier…

Convention 100 du 25/07/1737

Le Sr Louis LEGAGNEUR marchand orfèvre demt en cette ville d’une part.

Antoine François VANDENSORDE (signe VAN OUTSHOORN) escuier Sr de lassus demt à la Malassize paroisse de Tatinghem et dame Marie Robertine SPILMANS son épouse paravant veuve du Sr Maximilien Joseph CUVELIER d’autre part.

Le premier a pris pour apprenti de son métier d’orfèvre Jean Baptiste CUVELIER fils de ladite dame SPILEMANS par elle retenu de sa première conjonction, à qui il promet montrer et enseigner le métier d’orfèvre en dedans six ans d’apprentissage… Moyennant 50 livres comptant et 50 livres en dedans 3 ans… Ledit LEGAGNEUR devra aussi lui enseigner une heure par jour le dessin, pendant deux ans, pourquoi lesdits seconds comparants promettent payer audit LEGAGNEUR quatre livres chacun mois pendant lesdits deux ans. À la troisième année il aura pareillement une heure par jour pour le perfectionnement au « deseing »…

Convention 101 du 31/03/1737

Jean Baptiste GERARD tondeur et presseur de drap demt en cette ville d’une part.

André GAUCHY demt en cette vile et Louis OUBRY sayteur demt à Helfaut d’autre part.

Ledit GERARD reconnait avoir pris en apprentissage chez lui pour deux ans ledit GOUCHY, et promet lui apprendre le métier de tondre les draps et presser… et promet pendant le cours de la première année de payer audit GOUCHY sept sols et demi par jour et la seconde année dix sols par jour…

2 Commentaires

Classé dans apprentissages, relevés

2 réponses à “St Omer, conventions pour apprentissages en 1737

  1. Pingback: St Omer, conventions pour apprentissages en 173...

  2. Pingback: St Omer, conventions pour apprentissages en 173...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s