Convention d’une famille PRUVOST/PREVOST en 1713

Gros de St Omer, photo 1697 convention 53 du 14/11/1713 (4E5/684)

Pierre PRUVOST laboureur demt à Erny St Julien, Jeanne PRUVOST veuve de Georges CAPELLE, Antoine DEROSEAU laboureur à Moulin Lecomte Isabelle PRUVOST sa femme, Florent MEURICE demt en cette ville Marie Etienne PAUCHET sa femme, Jean François CORDONNIER demt à Erny St Julien mari de Marie Anne PAUCHET et Catherine PAUCHET fille majeure demt en cette ville, lesdites PAUCHET filles et héritières de Françoise PRUVOST et par représentation de leur mère héritières de Marie Anne PRUVOST de laquelle lesdits PRUVOST sont frère et sœurs et héritiers d’une part.

Guillaume SERDOUBLE maitre de l’hôtellerie du damiez en cette ville et Marie PREVOST sa femme, sœur et aussi héritière de ladite défunte d’autre part.

Biens et effets de ladite succession : cinq mesures et demi de terres situées à « Rolé » et Erny St Julien et les trois rentes ci-après, ensemble quelques meubles et effets qui ont été légatés par le testament de ladite défunte…. Ledit SERDOUBLE son exécuteur testamentaire.

Les comparants transportent au profit desdits SERDOUBLE et sa femme les trois rentes qui suivent :

– une de 300 livres en capital du par Marie LHOIRE veuve d’Adrien CARDON demt à Roulers paroisse de Verchocq par lettres du 29/05/1694 au profit du Sr Hugues DOURLEN, dont ladite Marie Anne PREVOST a acquis le droit par transport.

– la deuxième de 125 livres en capital créée au profit de ladite défunte par Marie Marguerite BOUVART veuve de Gilles BONNIERE demt à Fauquembergues par lettres du 07/11/1708.

– la troisième de 1200 livres en capital à prendre dans une rente de 3000 livres due par la veuve Claude LEGRAND, le surplus en ladite rente étant dû à l’abbé de Clairmarais qui est garni des lettres.

Pour en jouir par lesdits SERDOUBLE et sa femme… à l’effet de quoi les cédants les subrogent en leurs droits noms raison et action sans autre garantie que de droit et cela pour l’importance des légats et dispositions dudit testament qui absorbent la valeur desdites rentes et de ce qui a été reçu de ladite maison mortuaire dont les premiers comparants sont entièrement apaisés.

En sorte qu’après ledit testament accompli, il ne reste plus que 307 livres 15 sols qui restent dus de rendages de terres et arriérages de rentes et qui se recevront entre eux à concurrence de chacun leur part.

Et au surplus lesdites terres seront partagées entre eux à concurrence de chacun leur droit.

De plus les premiers comparants reconnaissent que ledit SERDOUBLE leur a fait délivrance à chacun des légats particuliers qui leur ont été fait par ledit testament.

1 commentaire

Classé dans Actes intéressants

Une réponse à “Convention d’une famille PRUVOST/PREVOST en 1713

  1. Pingback: Convention d’une famille PRUVOST/PREVOST ...