Résignation de la cure d’Eperlecques en 1720

Gros de st Omer, résignation 47 du 22/03/1720, à Eperlecques, en la maison presbytérale (4E5/741)

Mre François VANDEREEKE prêtre curé d’Eperlecques diocèse de Boulogne sur Mer.

Considérant qu’à raison de ses infirmités, il ne peut exercer ses fonctions pastorales, il a de son bon gré sans aucune sollicitation ni induction déclaré se résigner ainsi que par ces présentes il résigne à Mre François TRISTRAM prêtre curé de « Wilverdin » diocèse de St Omer ci présent et acceptant la cure d’Eperlecques, dont ledit Sr VANDEREEKE est pourvu et paisible possesseur.

Résignation pour en jouir et « possesser » par ledit Sr TRISTRAM avec tous les fruits revenus profits et émoluments d’icelle, à la charge d’une pension annuelle de 300 livres qu’il sera tenu payer par quartier de trois mois en trois mois pendant le vie dudit VANDEREEKE, à commencer du jour que ledit Sr TRISTRAM en aura pris possession…

Lesdits sieurs comparants jurent et affirment es mains desdits notaires présents les témoins sous nommés, qu’en ladite résignation il n’y a et n’y aura aucun dol, fraude, simonie ni autre convention vicieuse et illicite.

Témoins : Jean JUDAS laboureur audit Eperlecques et Jean François DECQUE magister dudit Eperlecques.

Les témoins reconnaissent que ledit sr VANDEREEKE est en ses bons sens mémoire et jugement, quoique retenu au lit à cause de son infirmité.

Gros de St Omer, résignation 48 du 25/031720 (4E5/741)

Mre François VANDEREEKE prêtre curé d’Eperlecques diocèse de Boulogne sur Mer, en ses bon sens mémoire et jugement, quoique retenu au lit par ses infirmités déclare, qu’au cas  que monseigneur l’évêque de Boulogne, messieurs ses vicaires généraux ou autres ayant pouvoir, trouvassent que la pension de 300 livres à la charge de laquelle il a résigné sa cure d’Eperlecques à Mre François TRISTRAM prêtre curé de Wulverdinghe diocèse de St Omer fut trop fort et excéda le tiers du revenu de ladite cure, ce que ledit Sr comparant n’estime pas, qu’audit cas il plaise audit seigneur évêque ou messieurs ses vicaires généraux agréer ladite résignation en faveur dudit Mre François TRISTRAM et non autre à la charge d’une pension annuelle et viagère de 150 livres tournois au lieu de celle de 300 livres portée par l’acte de résignation du 22/03/1720.

Ledit Sr VANDEREEKE réitère ladite résignation «autant que besoin seroit ».

Ledit Mre VANDEREEKE donne pouvoir et puissance à Pierre François DEVOS échevin d’Eperlecques procureur par lui commis par acte dudit jour 22/03/1720 pour remettre es mains de mon dit seigneur évêque de Boulogne ou messieurs ses vicaires généraux ladite cure d’Eperlecques…

Témoins : Germain DRINCQBIER arpenteur et échevin d’Eperlecques et Jean PIERS laboureur et échevin dudit lieu.

1 commentaire

Classé dans Actes intéressants

Une réponse à “Résignation de la cure d’Eperlecques en 1720

  1. Pingback: Résignation de la cure d’Eperlecqu...