Arrentement de moulin à La Couture en 1734

Gros de St Omer, arrentement du 29/10/1734 à Bomy (4E5/849)

Haut et puissant seigneur Ferdinand Octave Joseph DE TRAZEGNIES marquis de Trazegnies prince des francs fiefs des Ronions comte de Fléchin, d’Armuiden, et de Villemont, vicomte de Bilistin, marquis de Bomy, seigneur de Boncourt, Cuhem, Fléchin, Norrent, Le Cousture, Agronssart, Hombrourcq, La Berliere, Petit Roeux, baron de Silly, seigneur de Wazier, St Albin en Douay Belle, Neullette, Comte et autres lieux demt en son château dudit Bomy d’une part.

Jean François GUERRY fils d’encore vivant Antoine et de défunte Jeanne Florence MARSILLES présentement meunier du village de Labreuvière gouvernement de Béthune et natif du village de Locon et Marie Anne BOULENGUEZ sa femme fille d’encore vivants Philippe et de Helene JOYE natif la Couture et demt audit Labreuvière d’autre part.

Le seigneur premier comparant baille et accorde aux seconds comparants à titre de bail emphytéotique pour le terme et espace de 99 ans le moulin à vent dudit lieu de La Couture à usage de moudre blé et autres grains avec deux quartiers de terre étant la motte sur laquelle ledit moulin est assis bâti et construit, listant du soleil levant aux héritiers de Jean FRUCHART, d’autre liste vers couchant auxdits héritiers FRUCHART, de bout vers midi à [blanc] d’autre bout vers mer au chemin qui conduit dudit moulin à « Risbourcq » ou pont degrebant (pont d’Ingreban sur la carte de Cassini), et cinq quartiers ou environ de manoir non amazés séant audit La Couture à prendre dans le jardin nommé le jardin delassus à prendre lesdits cinq quartiers du coté vers couchant tenant du levant au surplus dudit jardin, de midi aux héritiers du sieur CARPENTIER, de couchant audit seigneur et vers mer au chemin susdit…

Bail moyennant 180 livres que ledit GUERRY et sa femme promettent payer par chacun an audit seigneur e deux termes égaux : moiti au jour de St Jean Baptiste et l’autre moitié au noël…

Par-dessus ce, ils devront payer et acquitter lesdits moulins et terres de toutes les rentes foncières seigneuriales anciennes, redevances, tailles, centièmes, demis, tiers, quarts, aides, subsides, contributions et toutes autres impositions généralement quelconques…

Il devront aussi payer par chacun an deux razières de blé en nature ou le prix d’icelui aux dames abbesse et religieuses de Beauprez sur la Lis, item deux autres razières aussi de blé annuellement aux administrateurs ou receveurs des biens et revenus de la pauvreté de La Couture pour les pauvres dudit lieu, ensemble de payer chacune année aux administrateurs ou receveurs des biens et revenus de l’église dudit La Couture six livres pour le passage et repassage de leurs chevaux et bestiaux au travers du cimetière dudit lieu de La COUTURE et d’entretenir une planche tournante ou un pont comme il y en a aujourd’hui de construit sur la rivière de Loisne près ledit cimetière et le jardin dudit seigneur.

En outre si ledit seigneur premier comparant, veuve, enfants ou seigneur dudit LA Couture trouvait à propos de demeurer résider ou habiter audit lieu de La Couture, les seconds comparants promettent de leur moudre franc tous les grains nécessaires pour leurs consommations usage de leurs familles, domestiques et bestiaux, sans pouvoir rien prétendre exiger ni demander aucune récompense ou indemnité.

Bail à condition que si ledit moulin venait à être jeté bas par vent, brulé, ruiné par guerre, foudre ou feu du ciel ou par autres accidents imprévus et prévus, en ce cas lesdits seconds comparants preneurs s’obligent de le faire rétablir de nouveau bon, ben conditionné et en suffisant état à leurs frais et dépens sans pouvoir prétendre exiger ou demander audit seigneur bailleur.

Lesdits seconds comparants prendront ledit moulin en tel état qu’il se trouve, il s’en fera une prisée de la valeur actuelle par experts…en dedans le courant du mois de février prochain… pour y avoir recours au temps de l’expiration d’icelui, parce qu’alors il s’en fera une autre… pour reconnaitre la plus ou moins value dudit moulin…

S’il arrivait que lesdits preneurs laissent écouler trois années consécutives sans payer les rendages, en ce cas ils perdront non seulement le droit possession et puissance dudit moulin, terres et manoir de cinq quartiers, mais aussi toutes les « meliorations » augmentations et plantis qu’ils y auraient fait, à quelques sommes qu’ils pourraient monter… et ledit seigneur bailleur y rentrera en propriété…

Comme sur ledit manoir de cinq quartiers, il n’y a à présent aucun bâtiment de construit, si lesdits seconds comparants y font construire et ériger quelques bâtiments de maison et autres édifices pour eux exploiter et habiter, faire valoir ledit moulin… ce sera à l’endroit indiqué par ledit seigneur bailleur…

… Comme il y a un abreuvoir au pied de la motte dudit moulin, les preneurs consentent et souffriront que celui ou celle qui habitera la maison où demeure actuellement la veuve de feu RATTEL greffier de La Couture se serve dudit abreuvoir…

… Outre ce, lesdits preneurs feront décharger quatre messes au repos des âmes des fidèles trépassés dans l’église de La Couture à l’intention dudit seigneur bailleur…

… au surplus a été dit quant à l’usage de l’abreuvoir, que c’est pour les bestiaux occupant ladite demeure.

Poster un commentaire

Classé dans moulins et meuniers

Les commentaires sont fermés.