Apprentissage d’orfèvre en 1733

Martin Marie CARPENTIER avait déjà pris un apprenti en 1724 : voir Apprentissage d’orfèvre en 1724.

Gros de St Omer, convention 19 du 07/07/1733

Le Sr Martin Marie CARPENTIER marchand orfèvre en cette ville d’une part.

Le Sr Jacques Antoine LEFEBVRE marchand en cette ville d’autre part.

Le second a mis en apprentissage Alexandre LEFEBVRE son fils chez ledit Sr CARPENTIER pour y apprendre « l’art d’orphevrie » et continuer à y travailler pendant le temps et espace de six ans continuels, qui commenceront le dix du présent mois.

À condition de par ledit apprenti de venir journalièrement à la boutique et de s’y rendre assidu, ensemble d’obéir à son maitre en ce qu’il lui commandera de juste et raisonnable.

Ledit CARPENTIER de son coté devra le traiter doucement et lui apprendre ledit art d’orfèvrerie autant qu’il le pourra comprendre et cela pendant ledit temps.

Ledit Sr CARPENTIER le fera inscrire sur le livre dudit art d’orfèvrerie audit jour dix du présent mois.

Arrivant que ledit Alexandre LEFEBVRE apprenti vienne à quitter son maitre avant l’expiration desdits six ans, ledit Sr LEFEBVRE second comparant le fera retourner à la boutique, sinon pour dédommagement il paiera au premier 300 livres une fois, ayant été dit que l’inscription au sujet dudit apprenti se fera aux dépens dudit second comparant, lequel paiera par dessus ce trois livres à sa servante comptant.

À l’égard des 300 livres convenus pour dédommagement, si ledit LEFEBVRE au cas de sortie ne le ramène, cela n’aura lieu qu’après la première année avec expresse condition que ledit apprenti dans cette première année ne fera que quitter l’art ou profession, ce faisant il se paiera seulement 100 livres des dédommagent, sinon si c’est pour aller travailler dans une autre boutique, les 300 livres seront également dus sans que cette peine puisse être réputée comminatoire.

Poster un commentaire

Classé dans apprentissages

Les commentaires sont fermés.