Un nouveau moulin à St Martin au Laërt en 1736

Un nouveau moulin, à la place de celui des tanneurs, que j’avais déjà vu ici :

Un moulin à écorces pour les tanneurs de St Omer en 1729.

Le moulin des tanneurs en 1730, suite.

 

Trois actes classés ensemble dans les conventions, même si le premier acte est plutôt une cession.

 

Gros de St Omer, convention 5 du 17/07/1736

Les doyen et maitres représentant le corps et communauté des tanneurs de cette ville, assisté du Sr Nicolas François DEFOSSE sieur de la motte échevin à son tour de cette dite ville leur grand maitre d’une part.

Antoine VIELLIART bourgeois receveur demt en icelle d’autre part.

Les premiers comparants cèdent et transportent au profit dudit second comparant toute une demi-mesure de terre où environ située à St Martin au Laërt lez cette ville…

Cession à charge des rentes foncières et anciennes et de la somme de 15 livres qu’il promet payer chacun an et perpétuellement et à toujours au seigneur marquis de LETENDARE à la décharge desdits premiers comparants.

 

Gros de St Omer, convention 4 du 19/07/1736 (acte cassé et annulé par le suivant)

Le Sr Antoine VIELLIART bourgeois faiseur et receveur de ventes demt en cette ville d’une part.

Pierre COULON maitre charpentier demt en cette ville d’autre part.

Ledit VIELLIART est dans la volonté de faire construire un moulin à vent à St Martin au Laërt lez cette ville sur une demi mesure ou environ de terre listant vers mer au grand chemin qui conduit dudit Lart à Tatinghem, vers midi au seigneur de LETENDARE, vers soleil à [blanc] d’amont à |blanc], dans la place où était ci devant le moulin à écorce (« écorche ») des maitres tanneurs de cette ville.

Ledit COULON a entrepris de le faire à deux usages, savoir à moudre blé et à battre huile, « qui batteront chacun à leur toure ».

Ledit moulin sera de 22 pieds de long et de 15 pieds de large et pour l’érection dudit moulin à construire, ledit COULON ne sera tenu que de livrer seulement « latacque » (attache) qui provient du moulin à huile d’Audruicq, un nouveau rouet, une nouvelle lanterne, 48 chevilles de pommier pour servir au rouet, et les peines d’ouvriers.

Et quant au surplus de tous les autres bois et ferrailles qu’il faudra avoir pour la construction dudit moulin, ce sera audit Sr VIELLIART à les livrer.

Tous les bois qu’il faudra « soyer » pour le carré du pied dudit moulin, livraison de briques, chaux, sables, maçonnerie qu’il faut faire pour soutenir ledit moulin, main d’œuvre de maçon et généralement tout ce qu’il sera nécessaire d’avoir pour construire entièrement ledit moulin, sera à la charge dudit Sr VIELLIART, à la réserve de ce que ledit COULON s’est engagé de fournir et de faire comme il est ci devant dit.

Ledit COULON devra travailler journalièrement avec nombre d’ouvriers suffisant sans discontinuation, pour avoir achevé ledit moulin en dedans quatre mois, bien et dument fait et parfait.

Devra de plus ledit COULON transporter audit Lart ou faire transporter les bois qu’il est obligé de livrer et tous les ustensiles qu’il lui faut pour travailler à ses frais et dépens.

Au surplus, ledit COULON sera encore obligé d’aller avec ledit VIELLIART tant pour acheter les bois qu’il lui manquera que pour voir un moulin au proche de Béthune, sans qu’il puisse rien prétendre pour ses journées, mais ledit VIELLIART sera obligé de le nourrir et de loger en chemin.

Convention moyennant 1150 livres que ledit VIELLIART a promis de payer audit COULON 150 livres en dedans 15 jours, item 300 livres aussitôt que l’attaque dudit moulin sera droite, item 300 livres quand le carré dudit moulin sera monté et les 400 livres restant aussitôt que ledit moulin sera entièrement fini et achevé.

 

Gros de St Omer, convention 6 du 20/09/1736

Le Sr Antoine VIELLIART bourgeois faiseur et receveur de ventes demt en cette ville d’une part.

Pierre COULON Me charpentier demt en cette dite ville d’autre part.

Ledit VIELLIART est dans la volonté de faire construire un moulin à vent avec une petite maison à un étage à St Martin au Laërt lez cette ville sur une demi mesure ou environ de terre… où était ci devant le moulin à écorce des maitres tanneurs de cette dite ville.

Ledit COULON a entrepris de faire ledit moulin à usage de moudre blé, lequel moulin sera de 19 pieds ou environ de long et de 13 pieds de large et pour l’érection duit moulin à construire, ledit COULON ne sera tenu que de livrer seulement un nouveau rouet, une nouvelle lanterne, 48 chevilles de pommier pour servir au rouet, et les peines d’ouvriers.

Regardant la charpente, tant pour faire entièrement ledit moulin que pour ce qu’il a fait à ladite maison, et ce qu’il fera jusqu’à l’achèvement de ladite maison et quant au surplus de tous les autres bois et ferrailles qu’il faudra avoir tant pour la construction dudit moulin que pour ladite maison, ce sera audit Sr VIELLIART à le livrer.

Tous les bois qu’il faudra scier tant pour le carré du pied dudit moulin que pour ladite maison, livraison de briques, chaux, sables, maçonnerie qu’il faut faire tant pour soutenir ledit moulin que pour ladite maison, main d’œuvre de maçon et généralement tout ce qu’il sera nécessaire d’avoir pour construire entièrement tant ledit moulin que ladite maison, sera à la charge dudit Sr VIELLIART, à la réserve de ce que ledit COULON s’est engagé de fournir et de faire comme il est ci devant dit.

Ledit COULON devra travailler journalièrement avec nombre d’ouvriers suffisant sans discontinuation, pour avoir achevé ledit moulin en dedans le mois de février prochain, et pour ce qui est de ladite maison, il continuera à y travailler pour l’avoir achevée le plutôt que pourra, le tout bien et dument fait et parfait.

Devra de plus ledit COULON transporter audit Lart ou faire transporter à ses frais et dépens les bois qu’il est obligé de livrer et tous les ustensiles qu’il lui faut pour travailler.

De plus, ledit COULON ne pourra rien prétendre, pour ce qu’il a été avec ledit Sr VIELLIART proche de Béthune pour voir un moulin ni autre temps perdu jusqu’aujourd’hui.

Et comme ledit COULON a livré plusieurs pièces de bois pour construire ladite maison, ledit VIELLIARD sera obligé de lui rendre pareil bois ou de lui payer la valeur dudit bois au pied de quatre et six ( ?) conformément aux autres charpentiers qu’ils en vendent.

Et comme ledit Sr VIELLIART ou son père ont projeté de faire un autre moulin au village de Zudausques, ledit COULON promet de leur fournir l’attaque qui provient du moulin à huile d’Audruicq moyennant 100 livres… pourquoi ledit COULON devra garder ladite attaque pendant un an à compter d’aujourd’hui…

Convention moyennant 950 livres que ledit VIELLIART a promis de payer audit COULON 150 livres en dedans 15 jours, item 300 livres à l’attaque montée, item 250 livres le carré dudit moulin sera monté, item 150 livres à l’achèvement dudit moulin et les 100 livres restants deux mois après ledit achèvement dudit moulin.

Ledit VIELLIART sera obligé de fournir un meunier capable pour accommoder les meules et faire les voiles.

La transaction faite entre eux le 19/07 dernier est cassée et annulée au moyen de la présente transaction.

4 Commentaires

Classé dans moulins et meuniers

4 réponses à “Un nouveau moulin à St Martin au Laërt en 1736

  1. Aimé Smeyers

    Gros de St Omer, convention 4 du 19/07/1736: « latacque » (attache).
    Le renvoi à LITTRE, acception 5: « Grosse pièce de bois qui fait le centre des moulins à vent, et autour de laquelle ils peuvent tourner » peut être complété par les éléments suivants:
    « atake », s.f., pivot central du moulin.
    R. DEBRIE, « Lexiques Picards du Cidrier et du Meunier », Eliktra IV, 1967, p.19.
    Y. COUTANT, « Dictionnaire historique et technique du Moulin dans le Nord de la France de Lille à Cambrai du 13e au 18e siècle », Bepols, 2009, p.112-113: « ataque » avec renvoi au synonyme « estaque », p.437, acceptation spécifique 1: « Pivot, grosse pièce de bois verticale sur laquelle tourne la cage »).
    J. BRUGGEMAN, « Travailler au Moulin – Werken met Molens », ARAM Nord/Pas-de-Calais, 1996, p. 191a: « Pivot = Attache, Attaque, Estache, Estaque, Etaque, > mot flamand: Staak ».
    Etymologie: < *stakka, etymon germanique, voir: W. VON WARTBURG, "Französisches Etymologisches Wörterbuch, Le dictionnaire étymologique et historique du galloroman (français et dialectes d'oïl, francoprovençal, occitan, gascon)", XVII, 195b,196a.

  2. Pingback: Un nouveau moulin à St Martin au La&euml...

  3. Pingback: Un moulin pour les tanneurs en 1740 | Recherches généalogiques

  4. Pingback: Bail de moulin à St Martin au Laërt en 1739 | Recherches généalogiques