Un nouveau moulin à Tilques en 1741


Joseph COUVREUR et sa femme étaient déjà propriétaires d’un moulin à Tilques : voir Le moulin de Tilques en 1735.

 

Gros de St Omer, acte (entreprise) 28 du 02/12/1740 (4E5/906)

Englebert DESMYTTER marchand et charpentier de moulin demt à « Arnick » châtellenie de Cassel d’une part.

Joseph COUVREUR meunier à Tilques et Marie Anne RISBOURQ sa femme d‘autre part.

Le premier comparant a entrepris la construction à neuf d’un moulin à vent à usage de moudre blé et autres grains au village de Tilques et sur l’endroit que les seconds comparants lui indiqueront et désigneront, le mettre en état de tourner et travailler au moins pour le dernier aout 1741.

Ledit moulin sera de la même grandeur hauteur largeur forme et qualités des bois de celui de « Busschoeur » que les parties ont choisi pour modèle.

Il fournira tous et quelconques les bois propres et convenables à cette construction à neuf, les rendra au rivage de Scoubroucq, où les seconds comparants les y feront prendre pour à leurs frais les faire voiturer soit par eaux soit par terres sur le lieu où la construction se fera.

Il fera et fera faire toutes les mains d’œuvre tant par lui que par des ouvriers capables et suffisants, fournira tous es clous feurres nécessaires, à l’exception de « lapoir » l’arche, le grand fer, la palette et la cramilly qui seront à la charge des seconds comparants qui se fourniront des meules toiles cordages et des dés… à condition cependant que ledit premier comparant montera et placera lesdites meules afin de les mettre en état de travailler…

Les seconds comparants se chargeront de nourrir le premier comparant et ses ouvriers tout le temps qu’ils seront à monter et ériger ledit moulin, leur fournir aussi la boisson et logement.

Entreprise faite moyennant 2000 florins faisant au courant 2500 livres que les seconds comparants promettent payer en divers termes…

07/09/1741 : Construction dudit moulin achevé et parfait, au contentement dudit COUVREUR… si ce n’est cependant que ledit DESMYTTER se charge d’y mettre deux ancres de fer et un cercle aussi de fer pour clouer le plateau de la lanterne.

Si avant même ladite lanterne venait en attendant à se briser ou crever, il en fournira à ses dépens une autre en place.

 

 

Gros de St Omer, convention 18 du 08/07/1741 (4E5/915)

Le Sr Pierre Antoine MARTEL demt à Arques, stipulant pour son excellence monseigneur Maximilien Léopold Joseph prince de Rubempré et d’Everbergh, seigneur de Tilques Cormette Inghem Hellefaut et autres lieux, grand fauconnier des Pays Bas autrichiens demt à Bruxelles, et duquel il est bailly et son receveur en Artois d’une part.

Joseph COUVREUR meunier demt au village de Tilques et Marie Anne RISBOURCQ sa femme d’autre part.

Le premier comparant baille, concède et accorde la permission aux seconds de bâtir ériger et faire construire de fond en comble un moulin à vent à tel usage qu’ils trouveront convenir, sur une demie mesure de terres à labour prise dans une mesure au terroir dudit Tilques au lieu nommé le Grand Quenel, tenu foncièrement et « viscomtierement » de sa dite excellence à cause de sa dite terre et seigneurie de Tilques, prise contre le chemin de vingt mesures listant ladite demie mesure d’amont à la terre des jésuites wallons u collège de St Omer, d’aval au seigneur marquis de Wamin, aboutante de midi à la demie mesure restante qu’ils ont acquis du nommé Antoine DESPLANQUE le 20/04 dernier, à leurs frais et dépens en dedans six mois.

Concession moyennant cinq biguets de blé froment mesure de St Omer d’arrentement ou de reconnaissance annuelle et perpétuelle sans rachat au jour de Noel de chacune année.…

Au cas que la dite terre et le moulin sur laquelle il est construit viennent à être vendu, le droit seigneurial en sera du et payé, ainsi que le fond en est tenu, c’est-à-dire sur le pied du dixième denier et suivant la prisée et estimation qui en sera faite… et Quand même ledit moulin venait à être détruit ou démoli après sa construction, lesdits seconds comparants ou ayant causes demeureront tenus dudit arrentement ou reconnaissance, sauf qu’au cas qu’il vienne à été entièrement détruit par les troupes dans la guerre, ils seront exempts de payer ledit arrentement pendant un an après la guerre finie, après quoi ils seront tenus d’ne continuer le paiement même s’ils ne réédifient pas le moulin.

 

Biguet. Voir bichet : mesure de capacité pour les grains (dictionnaire du moyen français).

 

 

Gros de St Omer, reconnaissance 26 du 222/07/1741 (4E5/914)

Me Antoine François CREPIN avocat au conseil d’Artois et procureur sindic de la ville de St Omer y demt, stipulant au nom de messieurs du magistrat de ladite ville d’une part.

Joseph COUVREUR meunier demt à Tilques d’autre part.

Le second comparant a fait faire un moulin à vent par le nommé Inglebert DESMYTER charpentier demt au village d’Arnèke châtellenie de Cassel, dans le dessin de le faire placer et monter sur une pièce de terre à labour contenant demie mesure située audit Tilques dans l’étendue de la banlieue de ladite ville listant d’amont aux RP jésuites wallons de St Omer, d’aval au marquis de Wamin, vers midi à Antoine DELEPLANQUE, vers mer au chemin duquenel.

Il ne peut le faire sans la permission de mes dits sieurs du magistrat qui ont seuls le droit de faire des moulins et de permettre d’en construire dans toute l’étendue de ladite banlieue, en vertu de l’acquisition qu’ils ont faite de ce droit de Guillaume châtelain de St Omer par contrat de juin 1281, approuvé et confirmé par Robert comte d’Artois par lettres patentes des même mois et an.

Le second comparant leur a présenté requête ce mois, à effet d’obtenir ladite permission, ce qui a été autorisé, à la charge de payer annuellement et perpétuellement à ladite ville entre les mains de l’argentier d’icelle la somme de six livres de canon et reconnaissance.

… Accepté par ledit comparant …

2 Commentaires

Classé dans moulins et meuniers

2 réponses à “Un nouveau moulin à Tilques en 1741

  1. Aimé Smeyers

    Pour ce qui concerne les De Smyttere, charpentiers de moulins d’Arnèke, voir: J. BRUGGEMAN, « Les moulins de l’arrondissement de Dunkerque, Tome 9: Les moulins du canton de Cassel », Ed. ARAM Nord/Pas-de-Calais, 2e trimestre 2014, p. 99-108: »Les charpentiers de moulins d’Arnèke » avec arbre généalogique complet.
    Le moulin de « Busschoeur » dont il est question est sans aucun doute le moulin de Jacques Bafcop (1737), dans lequel une poutre portait l’inscription « JACOBUS BAEFCOP GEMAECKT EN GELEVERT DOOR ENGELBERTUS DE SMYTTERE 1737 (Jacques Bafcop – fait et livré par Englebert De Smyttere 1737). Ce moulin est également largement décrit dans l’ouvrage cité ci-dessus de J. BRUGGEMAN, p. 119-125 (description, histoire, arbre généalogique… photos et illustrations remarquables).

    Bonne continuation et salutations toutes cordiales,
    Aimé Smeyers, Alsemberg (Belgique)

  2. Pingback: Un nouveau moulin à Tilques en 1741 | G&...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s