St Omer, CM HENON X CARBONNIER en 1732


Gros de St Omer, contrat de mariage 222 du 13/11/1732 (4E5/835)

Pierre HENON fils à marier de feu Guillaume HENON et d’encore vivante Madeleine DEFOSSE assisté de sa dite mère et de Joseph DEFOSSE son oncle d’une part.

Marie Catherine CARBONNIER fille de Jean CARBONNIER charpentier et de défunte Catherine BAYART assistée de son dit père et de Jacqueline BAYART sa tante femme audit Joseph DEFOSSE d’autre part, tous demt au village d’Herbinghen.

Le futur mariant déclare apporter en mariage la somme de 60 livres tant en argent qu’en meubles tant de son chef que par donation de sa mère, laquelle donne au futur époux un manoir amazé d’une maison située audit Herbinghen de la consistance d’un quartier de terre.

Et ledit Joseph DEFOSSE a dit qu’en faveur dudit mariage, il donne audit Pierre HENON tous ses biens meubles et immeubles sans aucune réserve, à charge de par le futur époux de tenir chez lui ledit Joseph DEFOSSE, le nourrir et alimenter et entretenir d’habits et lignes selon son état, solliciter et assister tant sain que malade et en tel état qu’il plaira à dieu le constituer, le tut aussi longtemps qu’il vivra, et lorsqu’il viendra à mourir de le faire inhumer, faire célébrer trois services comme de coutume et faire célébrer 26 messes le tout pour le repos de son âme, à charge au surplus de donne une fois trois livres à Michel DEFOSSE et pareils trois livres à Catherine DEFOSSE, iceux frère et sœur dudit Joseph.

La future mariante déclare lui appartenir deux mesures de terres à « Sangez » (Sanghen ?) procédant du chef de sa mère, et comme elle doit quelques dettes, ledit Jean CARBONNIER son père promet payer et acquitter lesdites terres à condition qu’il jouira pendant trois ans desdites deux mesures de terres à compter du jour de la consommation dudit mariage. Ledit Jean CARBONNIER promet donner à la future épouse un lit étoffé de la valeur de trente livres et encore trois quartiers d’avesties de blé par an tant qu’il vivra, item une vache de la valeur de trente livres et au surplus deux plats et deux assiettes d’étain ensemble de la valeur de quatre livres et finalement il donne à sa fille la demi mesure de terre qu’il a à Herbinghen procédant de l’acquisition dudit Joseph DEFOSSE.

Ladite Jacqueline BAYART tante de la future épouse déclare de lui donner tous ses biens meubles et immeubles pour en jouir user et posséder par ladite future épouse du jour de la consommation dudit mariage, aussi à charge d’être nourri entretenue sollicitée et assistée de même que ledit Joseph DEFOSSE, après son décès de la faire inhumer, faire faire les services et messes comme il est stipulé à l’égard de son mari, et à charge au surplus lorsqu’elle viendra à mourir de donner par la mariante à Marie Anne CARBONNIER la somme de trente livres une fois.

Poster un commentaire

Classé dans contrats de mariage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s