Conventions pour apprentissages en 1738

4E5/892 conventions pour apprentissages 1738

 

 

Convention 6 du 06/08/1738

François BEAURAIN faiseur de bas à l’outil demt en cette ville d’une part.

Artus Joseph TOUZART jeune homme natif d’Annezin les Béthune pour ce jour en cette ville d’autre part.

Le second s’engage de travailler pendant un an à compter du premier de ce mois chez le premier, à faire bas à outils de toutes et telles espèces qu’il lui marquera, s’y rendre assidu et aux heures accoutumées, pour s’y mieux perfectionner et avec plus de diligence qu’il conviendra.

Pendant ledit temps il ne pourra exiger aucun salaire, mais fera le tout au profit dudit premier qui le montrera et enseignera la manière de s’y perfectionner.

Ledit premier comparant lui fournira sa pension et y coucher et lever chauffer comme pour lui et sa femme, en payant par ledit second cent livres de pension par quartier de trois mois en trois mois, et outre ce 85 livres pour apprentissage.

 

Convention 85 du 07/07/1738

Le Sr Libert Marie LEFEBVRE Me orfèvre en cette ville d’une part.

Jacques LORIAU marchand fourbisseur en cette ville d’autre part.

Le second comparant a mis en apprentissage de l’art d’orfèvrerie Jacques LORIAU son fils âgé de 15 ans quelques mois chez ledit Sr LEFEBVRE pour le temps de six années continuelles, à compter d’aujourd’hui, pour par son dit fils apprendre le susdit art.

Pendant ledit temps il devra venir journalier ment à la boutique aux heures ordinaires et s’y rendre assidu pour y travailler et faire le profit de son maitre, auquel il devra obéir en tout ce qu’il lui commandera de juste et raisonnable.

Ledit LEFEBVRE de son coté devra le traiter doucement et lui apprendre ledit art d’orfèvrerie, autant que ledit apprenti pourra le comprendre, il le fera inscrire sur les registres et livre concernant le susdit art…

 

Convention 92 du 12/09/1738

Gilles François DAMIEN maitre cordonnier demt à Halines d’une part.

Gilles DOMAIN manouvrier à Esquerdes d’autre part.

Le second comparant est dans la volonté de faire apprendre le métier de cordonnier à Michel DOMAIN son petit fils…

Ledit Michel DOMAIN sera tenu de rendre service et travailler assidument avec exactitude et gratuitement pendant une année consécutive dans la maison et boutique dudit DAMIEN à toutes besognes et choses que ce dernier lui donnera et fera faire que pour ce qui regarde ledit métier de cordonnier tant en neuf qu’en vieux seulement, sans qu’il puisse rebuter aucun service que ledit DAMIEN exigera.

Sera obligé icelui DAMIEN de sa part de lui fournir sa soupe et de le coucher chez lui, mais encore de lui donner des ouvrages regardant ledit métier, l’apprendre et l’instruire dans la forme et manière qu’il convient faire pour le rendre parfait suivant que ledit Michel DOMAIN voudra s’appliquer et que son génie pourra le porter à être zélé pour se perfectionner audit métier.

En considération de quoi ledit Gilles DOMAIN a promis de payer audit DAMIEN 21 livres pour ladite année…

Du depuis a été dit que ledit Michel DOMAIN pourra raccommoder tous les souliers de la maison dudit (?) Gilles DOMAIN son oncle et tante avec qi il demeure en livrant par eux le cuir sans que ledit DAMIEN puisse l’empêcher…

1 commentaire

Classé dans apprentissages, relevés

Une réponse à “Conventions pour apprentissages en 1738

  1. Pingback: Conventions pour apprentissages en 1738 | G&eac...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s