St Omer, conventions d’apprentissage en 1745

4E5/955 conventions d’apprentissages 1745

 

Convention 6 du 08/11/1745

Charles Antoine HACOT Me coutelier en cette ville d’une part.

Leger BRISSÉ Me taillandier en cette ville d’autre part.

Le second comparant s’est obligé de mette Pierre Joseph BRISSÉ son fils en apprentissage chez ledit HACO pendant le temps de trois ans qui ont commencé le 25/10 dernier, pour par son dit fils y apprendre le métier de coutelier.

Ledit Pierre Joseph BRISSÉ devra se rendre assidu à son travail et devra y venir journalier ment et se tenir en la boutique du preneur comparant et lui obéir de la manière que doit faire un apprenti.

Ledit premier comparant sera obligé de montrer à son dit apprenti et de lui enseigner toutes choses pour qu’il se rende capable dans ledit métier, autant que ledit apprenti pourra le comprendre.

Tout le travail que ledit apprenti fera pendant lesdits trois ans sera sans rétribution.

Convention moyennant 60 livres…

… Étant ledit premier comparant obligé à traiter ledit apprenti doucement et lui montrer toutes choses concernant ledit métier…

 

Convention 20 du 11/12/1745

Libert Marie LEFEBVRE marchand orfèvre demt en cette ville d’une part.

Jean François MENAERT (signe MINART) compagnon orfèvre demt en cette dite ville assisté du Sr Jacques MENAERT (signe MINART) bourgeois marchand demt à Bergues St Winnoc étant de présent en cette ville son curateur aux causes d’autre part.

Ledit Jean François MENAERT promet et s’oblige de travailler chez le premier comparant de l’art et métier d’orfèvrerie, et à toutes les pièces d’ouvrages qu’il lui donnera et de faire tous les autres ouvrages et autres choses qu’il pour lui commander de faire, et promet de lui obéir en tout et le respecter comme un compagnon doit envers un maitre, et cela pendant deux ans.

Convention moyennant par ledit Jean François MENAERT de payer audit sieur LEFEBVRE 300 livres pour la première année…

Icelui Sr LEFEBVRE s’oblige de fournir et administrer audit Jean François BENART (sic) la pension et nourriture à sa tabler et de blanchir soin linge toutes els fois que la lessive se fera chez lui et de le loger et coucher comme il appartient et cela pendant lesdites deux années entières et consécutives.

Ledit Sr LEFEBVRE promet et s’engage d’instruire ledit « BENAERT » son compagnon dans l’art et métier dont il se mêle, autant qu’il sera en son pouvoir, et de traiter son dit compagnon comme il convient à un maitre.

Et en outre ledit Se LEFEBVRE promet de donner et payer audit « BENAERT » son compagnon trente sols par semaine, à commencer la seconde des dites années, en cas cependant que ledit « BENAERT » compagnon continue de travailler chez lui pendant ladite seconde année.

1 commentaire

Classé dans apprentissages, relevés

Une réponse à “St Omer, conventions d’apprentissage en 1745

  1. Pingback: St Omer, conventions d'apprentissage en 1745 | ...