Testament d’un flibustier en 1709

Testament 20 du 09/07/1709 (AD Dainville, Baudier, notaire à Calais, 4E52/999).

François COINTE natif de Dieppe, matelot de l’équipage de [blanc] DESCAZAU commandant le flibuste nommé [blanc], blessé d’un coup à la gorge reçu dans ledit flibuste, logé chez Jean BONNIER demt dans la rue des mariniers audit Calais, transporté dans la chambre haute de la maison occupée par ledit BONNIER… dans son lit, blessé dudit coup, sain néanmoins d’esprit et d’entendement.

Considérant qu’il n’y a rien de plus certain que la mort et rien moins certain que l’heure d’icelle, et ne voulant mourir intestat, il nous a requis vouloir rédiger et recevoir son présent testament et ordonnance de dernière volonté…

Comme un bon chrétien , il recommande son âme à dieu le père créateur, à notre seigneur Jésus Christ rédempteur, à la très sainte trinité, à la bienheureuse vierge Marie, à son patron et à tous les saints du paradis, les priant que par leur intercession, ils puissent obtenir de la divine miséricorde qu’après la séparation de son corps, son âme soit colloquée dans le séjour des bienheureux au paradis.

Quand à ses obsèques et funérailles, il désire d’être enterré le matin avec une messe et petit « sonnage ».

Il veut et ordonne après son décès arrivé, il soit dit vingt messes basses, lesquelles ainsi que son service d’enterrement seront payés sur les effets qu’il délaissera.

Il déclare qu’il ne doit aucune chose audit BONNIER pour ses nourritures ni aliments sinon ce qu’il lui fournira pendant sa maladie de ce jour à l’avenir.

Et à l’égard de tous ses habits, linges, or, argent et part des prises qu’il a aidé à faire et qui pourraient être faites pendant la course dudit DESCAZEAU, et tous autres effets qui peuvent lui appartenir, le testateur déclare en faire don audit BONNIER et sa femme pour les récompenser des bons services qu’ils lui ont ci devant rendus et de ceux qu’ils pourront lui rendre à l’avenir… à la charge de payer les frais funéraires, messes, médecins et chirurgiens.

Exécuteur testamentaire : Me Pierre BOULART prêtre de la paroisse Notre Dame de cette ville, lequel il prie vouloir prendre la peine de faire exécuter le présent testament.

Lesquels effets ont été estimés à la somme de 49 livres.

Il décède le 11 :

François COINTRE natif de Marseille, matelot de l’équipage du capitaine DESCAZOT est mort d’une blessure qu’il a reçu à la terre le 11 de ce mois et a été inhumé le 12 dans le cimetière de cette paroisse avec les cérémonies habituelles (AD du Pas de Calais en ligne, Calais, 5 Mir 193/31, folio 44, page 131/1734).

1 commentaire

Classé dans bateliers et marins

Une réponse à “Testament d’un flibustier en 1709

  1. Pingback: Testament d’un flibustier en 1709 | Cente...