Le courrier de Calais à St Omer en 1749


Gros de St Omer, bail 457 du 20/03/1749 (4E5/996)
Le Sr Jean Philippe CAFFIERI de BEAUVALON directeur des carrosses à St Omer y demt et adjudicataire de la route pour les dépêches lettres et paquets de Calais à St Omer d’une part.
Sr Joseph Alexandre DEVISSCHER bourgeois de cette ville de St Omer y demt d’autre part.
Ledit DEVISSCHER s’oblige de fournir et entretenir à ses frais et dépens, risques, périls et fortunes pour le temps et jusqu’à l’expiration du bail dont ledit Sr CAFFIERI est adjudicataire et qui finira au dernier décembre 1750, tous les courriers, chevaux, malles et équipages nécessaires pour porter et rapporter les dépêches, lettres et paquets de Calais à St Omer, distance de huit lieux et retour tous les jours passant et repassant par Ardres aux heures ordinaires et accoutumées, sans pouvoir rien changer que du consentement dudit Sr CAFFIERI…
… d’arriver et faire arriver lesdits courriers de Calais à St Omer, savoir en été quatre heures et demi et en hiver en cinq heures.
Et pour que dans l’hiver ledit service ne souffre point à cause de l’arrivée du courrier de Dunkerques avant la porte ouvrante de Calais, ledit DEVISSCHER s’oblige de sortir de la ville de Calais le soir et de rester à la basse ville jusqu’à l’heure de l’arrivée dudit courrier venant de Dunkerque, pour prendre les paquets de Lille et St Omer et les joindre à ceux qui lui auront été remis la veille au soir au bureau de Calais, et de partir sur le champs de ladite basse ville pour St Omer…
… à peine pour le défaut d’arrivée de dix livres de retenue sur le prix ci après chaque fois que les malles et dépêches retarderont par la faute des courriers…. à l’effet de quoi ils seront tenus de prendre un part qui contiendra le lieu et heure du départ, ensemble le nombre des paquets, pour le représenter au bureau d’arrivée, et connaitre s’ils ont fait la diligence requise.
A été convenu que ledit preneur donnera à chacun de courriers des gages convenables pour les faire vivre et attacher au service à la satisfaction du fermier général des postes et dudit Sr CAFFIERY.
Les contrôleurs provinciaux des postes et directeurs des bureaux prendront connaissance des plaintes des courriers pour arbitrer les gages qu’il conviendra leur donner…
… visiter les chevaux destinés au service, qu’ils pourront réformer à l’égard de ceux qu’ils trouveront hors d’état de le bien faire, en substituant d’autres en leur lieu et place en pareil nombre aux frais et dépens dudit preneur.
Plus ledit preneur s’est obligé de se tenir prêt avec ses chevaux aux bureaux des postes tant du départ que du passage aux heures qu’il devra partir, à faute de quoi il sera permis aux directeurs desdits bureaux d’envoyer les malles par la voie des maitres de poste à ses frais.
Prendront les courriers et délivreront les paquets dont ils seront chargés pour le bureau d’Ardres à peine de pareille retenue de dix livres pour chaque dépêche qu’ils manqueront de prendre et de délivrer…
Remettront lesdits courriers aux bureaux des postes les paquets de dépêches et autres qui leurs seront confiés, à peine par ledit preneur d’en répondre en son propre et privé nom pour le montant et valeur d’iceux.
Et au cas de vol sur les chemins, ledit preneur ou courriers seront tenus den rapporter procès verbal en bonne forme à leurs frais, et de le remettre au bureau de leur arrivée, comme aussi en cas de retardement considérable par inondation, accident ou autre empêchement légitime…
Seront aussi ledit preneur piu ses courriers tenus de payer allant et venant tous les passages de ponts bacs et autres frais qu’il peut y avoir à faire sur ladite route.
Les courriers ne chargeront point sur les chemins, si ce n’est du consentement dudit Sr CAFFIERI, et le même qui prendra la malle du départ la remettra à celui de l’arrivée.
Est expressément stipulé que ledit entrepreneur ou ses courriers ne prendront aucune lettre, paquet de lettres cachetés ou non cachetées, sous tel prétexte que ce puisse être, ni de telle personne que ce soit dans les villes de St Omer, Calais ou en route, à peine de l’amende prononcée par les arrêts et règlements rendus à ce sujet…
Ne pourront pareillement se charger d’aucune marchandise de contrebande ni de choses qui puissent endommager les dépêches, embarrasser les malles, surcharger les chevaux et empêcher la diligence.
Sera ledit preneur responsable de ses courriers et de leur fidélité et tenu de les changer sur les plaintes de messieurs les directeurs des postes.
Ne pourra ledit preneur sous fermer le tout ou en partie sans le consentement dudit Sr CAFFIERI…
Est expressément aussi convenu que si ledit service n’est pas bien et dument fait il sera loisible audit Sr CAFFIERI d’en traiter avec qui bon lui semblera…
Bail fait moyennant la somme de 600 livres par an à payer par ledit Sr CAFFIERI….

1 commentaire

Classé dans Actes intéressants

Une réponse à “Le courrier de Calais à St Omer en 1749

  1. Pingback: Le courrier de Calais à St Omer en 1749 ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s