Apprentissage d’étainier en 1699


Apprentissage 14 du 16/02/1699 (AD Dainville, Danjan, notaire à Calais, 4E55/248)

Marie LANVIN veuve d’Arnoult CADET vivant Maitre potier d’étain demt à St Omer, reconnait avoir baillé pour « aprentif » au sieur Pierre FIERARD Me étainier (« estinnier ») plombier en cette ville Arnoult CADET jeune homme son fils pour le temps de trois années entières à commencer de ce jour.

Pendant lequel temps ledit FIERARD promet et s’oblige d’apprendre audit Arnoult CADET le métier d’étainier et toutes autres choses nécessaires audit métier, en sorte qu’il puisse être parfait et en état de gagner sa vie.

Même s’oblige ledit FIERARD le nourrir et blanchir pendant ledit temps ledit apprenti.

À effet de quoi icelui Arnoult CADET sera tenu d’obéir audit FIERARD en tout ce qu’il lui commandera, pour raison de ce pourquoi ledit CADET non plus que sa dite mère ne paieront aucune chose pour ledit apprentissage…

… à condition qu’il ne pourra nullement quitter le service dudit FIERARD ni s’absenter de sa maison pour quelques causes que ce soit sans le consentement dudit FIERARD à peine de payer tous dépens dommages et intérêts.

Ce présent apprentissage ainsi fait aux conditions susdites et sans payer par icelui CADET non plus que sa dite mère aucune chose audit FIERARD pour son dit apprentissage, nourritures et blanchissage pendant lesdits trois ans, lesquels demeureront compensés pour les peines et travaux dudit Arnoult CADET.

Pierre FIERARD avait pris un autre apprenti en 1698 :

Apprentissage 55 (déclassé) du 19/11/1698 (AD Dainville, Danjan, notaire à Calais, 4E55/248)

César MONNOCOVE jeune homme émancipé à la poursuite et direction de ses droits, à la curatelle de Charles MONOCOVE son oncle procureur en la ville d’Estappe…

De l’avis et conseil de Marie MONNOCOVE sa tante femme de Marc DURIEZ dit LAFOIREST hostelain en ladite ville d’Etaples et de Charles DEZOTEUX marchand brasseur demt à la Chaussée et d’Anne LORIEZ sa femme aussi tante dudit comparant, et de Noëlle MONNOCOVE aussi sa tante femme de Pierre LEMOINE marchand brasseur demt au bourg de Marquise.

Le comparant reconnait s’être engagé pour apprenti à Pierre FIERARD bourgeois marchand maitre étainier plombier en cette ville, pour travailler en sa maison de son métier pendant le temps et espace de six années, à commencer du jour de demain.

Pendant les dites six années ledit comparant promet et s’oblige de bien et fidèlement servir ledit FIERARD et lui obéir en tout ce qu’il lui commandera concernant sa profession et métier.

Icelui FIERARD promet de lui montrer et enseigner son dit métier pendant ledit temps, le coucher, nourrir et blanchir.

Ledit comparant ne pourra nullement quitter le service dudit FIERARD ni s’absenter de sa maison pour quelque cause que ce soit sous peine de payer tous dépens dommages et intérêts.

Ce présent apprentissage ainsi fait aux conditions susdites et sans par ledit comparant être tenu de payer aucune chose audit FIERARD…

1 commentaire

Classé dans apprentissages

Une réponse à “Apprentissage d’étainier en 1699

  1. Pingback: Apprentissage d’étainier en 1699 |...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s