Convention pour un enfant naturel en 1741

Gros de St Omer, convention 80 du 19/01/1741 (4E5/915)

Pierre Michel GRUEZ ménager à Bilques et Marie Anne Thérèse GRUEZ sa fille d’une part.

Gilles MACHART laboureur à longaste paroisse de Blendecques et Jacques François MACHART son fils d’autre part.

Convention pour mettre fin au procès intenté par les premiers comparants à la charge des seconds, à l’occasion de l’enfant que ladite Marie Anne Thérèse GRUEZ a mis au monde le 24/07 dernier, provenant des œuvres dudit Jacques François MACHART.

Moyennant la somme de  201 livres 5 sols payés par les dits MACHART aux premiers comparants, ils leur abandonnent tous les droits qu’ils pourraient prétendre à leur charge tant pour la défloration, gésines et accouchement et autres choses, même de toutes nourritures jusqu’au 24 de ce mois.

Les seconds comparants promettent de prendre à leur charge ledit enfant, de le nourrir, entretenir et alimenter pendant sa vie…

Au moyen de quoi tout procès et difficultés entre les parties prendront fin…

1 commentaire

Classé dans enfants naturels

Une réponse à “Convention pour un enfant naturel en 1741

  1. Pingback: Convention pour un enfant naturel en 1741 | G&e...