Une veuve de maître serrurier


J’ai cru au départ ici trouver un autre contrat de travail, comme l’acte publié hier, mais en fait, la veuve loue son atelier et son droit de travailler du métier :

Gros de St Omer, convention 51 du 31/07/1675 (4E5/437)

Catherine BEY (signe DE BEE) veuve de Pierre DELEHAYE demt en la ville de St Omer d’une part.

Pierre François LECLERCQ serrurier demt en ladite ville d’autre part.

La première comparante en qualité de veuve de maître serrurier admet le second comparant à travailler à sa forge et boutique le temps de trois ou six ans, commencés le premier d’août de cet an 1675, à tel effet que dès ledit jour, tout le travail qu’il fera sera au profit d’icelui…

… Se réservant la liberté de  le pouvoir renvoyer en fin de la troisième année, en le lui faisant savoir un mois auparavant, auquel cas il ne paiera aucune chose pour les trois derniers mois …

Moyennant quoi ledit LECLERCQ promet et sera tenu payer à ladite BEY ses hoirs ou ayant cause la somme de 48 florins pour la première année, et pour chaque année de celles restantes 52 florins, rendage payable à quatre termes égaux de trois en trois mois…

L’entretien de la forge se fera aux dépens communs des parties…

1 commentaire

Classé dans Actes intéressants

Une réponse à “Une veuve de maître serrurier

  1. Pingback: Une veuve de maître serrurier | Gé...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s