Transaction pour en enfant naturel en 1748

Gros de St Omer, transaction 5 du 20/06/1748 (4E5/988)

Robert PETREL marchand de bois demt à Acquin, tant en son nom que se faisant fort de Marie Françoise PETREL sa fille d’une part.

Pierre Joseph CADART laboureur demt au village de Lumbres d’autre part

Il y a instance au baillage de St Omer intenté par ladite Marie Françoise PETREL, joint à elle son père, à la charge du second comparant tendant à le faire condamner à se charger de l’enfant qu’elle a mise au monde provenant de ses œuvres, aux frais de couche, dommages et intérêts de sa défloration et dépens.

Après enquête sur la dénégation du second comparant, il a convenu que ledit enfant provenait de ses œuvres, de manière qu’il ne reste plus à juger que les frais dommages et intérêts puisqu’il a offert de se charger de l’enfant.

Voulant mettre fin au procès, nourrir paix et amitié entre eux, ils sont convenu ainsi qu’il suit.

Ledit PETREL  se charge de l’enfant, de le nourrir entretenir, l’instruire dan la religion catholique apostolique et romaine et lui fournir tout ce qui lui sera nécessaire jusqu’à ce qu’il soit parvenu à un âge suffisant de pouvoir se procurer par lui même le nécessaire à la vie.

Moyennant quoi ledit second comparant promet payer audit PETREL tant pour ladite nourriture entretien et éducation de son enfant que pour les frais de couches défloration dommages et intérêts, savoir 100 livres au jour de tous les saints prochain, 50 livres au jour de Pâques aussi prochain, et les 150 livres restant à la toussaint 1749, et en outre ledit CADART promet payer tous les dépens en dedans huitaine date des présentes, liquidés amiablement à la somme de 87 livres, en ce compris les débours fait par ledit PETREL et les honoraires de l’avocat.

Au moyen de quoi le procès prendra fin et sera entièrement anéanti.

Poster un commentaire

Classé dans enfants naturels

Les commentaires sont fermés.