Convention LEGAY X BOUVEUR en 1734

Restons dans la même liasse…

Convention 54 du 29/05/1734 (Gros de St Omer, 4E5/851)

Michel LEGAY bocquillon à Malhove paroisse d’Arques veuf en premières noces de Jacqueline BACQUEMAN et en secondes de Marie Catherine BOUVEUR d’une part.

Philippe PATERNEL charpentier demt audit Arques et Marie Catherine LEGAY sa femme, icelle fille et unique héritière de ladite Marie Catherine BOUVEUR d’autre part.

Inspection de la communauté qu’il y a eu entre ledit Michel LEGAY père de la seconde comparante et ladite Marie Catherine BOUVEUR sa mère, et qui a aussi été entre le père et le frère de son dit père : ce serait embarras et un grand épluchement à faire pour entrer dans le détail… et régler le partage et la division…

Dans le contrat de mariage de ses père et mère, passé devant témoins à Arques le 12/06/1706, ladite Marie Catherine BOUVEUR mère de la seconde comparante, y a fait apport tant en meubles qu’en argent de la somme de 500 livres.

Pardessus cela, le premier comparant déclare avoir reçu de Pierre BOUVEUR qui demeurait alors à Paris, en qualité d’oncle maternel de ladite Marie Catherine LEGAY pour l’aider à l’apprentissage du métier de couturière, comme elle a fait, une somme de 100 livres.

… Il leur est plus avantageux de se tenir aux portements et obventions de ladite Marie Catherine BOUVEUR… ils ne seront donc point tenus d’entrer dans l’examen de la communauté… ni donc de s’exposer à des frais considérables…

Pour nourrir paix et amitié, éviter toutes difficultés, ils ont convenu et traité de ce qu’il suit.

Les seconds comparants renoncent à la communauté qu’il y a eu entre le premier comparant et ladite feue Marie Catherine BOUVEUR sa seconde femme, se tenant aux portements, obventions et conventions de leur mariage dudit 12/06/1706.

Moyennant quoi, ledit premier comparant promet leur payer, remettre et fournir la somme de 350 livres à leur volonté, parce qu’il retient en ses mains la somme de 75 livres pour douaire fixe et conventionnel stipulé en sa faveur en cas de survie par le susdit contrat de mariage…

Il retient pareillement de leurs grés et volontés jusque et à concurrence de 175 livres pour les frais funéraires de ladite feue Marie Catherine BOUVEUR, en services d’enterrement, bout de l’an, luminaires, messes qu’il a fait faire et décharger pour le repos de son âme, et pour autres causes de dépenses maladies qu’il a fait et mis…

Suivant ce, ledit premier Comparant leur a payé comptant ladite somme de 350 livres.

Quand à ce qui regarde la valeur de 200 livres qu’icelui premier comparant avait promis payer à ladite Marie Catherine LEGAY sa fille ne traitant son contrat de mariage avec ledit Philippe PATERNEL, passé en cette ville il y a 16 mois ou environ, ils reconnaissent avoir reçu de lui à différentes fois les 200 livres et lui en passent quittance. Et laquelle somme de 200 livres sera par eux rapportée à la masse commune de sa succession ou prendrons moins, comme feront aussi Jacques Michel et Isabelle Joseph LEGAY ses autres enfants du premier mariage.

.

.

.

.

Gros de St Omer, contrat de mariage 84 du 07/02/1733 (4E5/841)

Philippe PATERNELLE charpentier jeune homme fils à marier de feus François PATERNELLE et Jeanne BOMY demt en cette ville assisté de Jean Baptiste PATERNELLE son neveu d’une part (… des terres à Matringhem procédant de son père…).

Michel GAY journalier demt à Arques, Marie Catherine BOUVEUR sa femme et Marie Catherine GAY leur fille à marier assistée de Jacques Michel GAY son frère d’autre part.

Poster un commentaire

Classé dans Actes intéressants, contrats de mariage

Les commentaires sont fermés.