Un charivari qui tourne mal ?

Je mets ce résumé d’un acte notarié, lu il y a quelques jours, suite à un article paru aujourd’hui dans le blog « l’arbre de nos ancêtres » : Charivari !?

.

 À 7h du matin, les futurs époux passent un contrat de mariage.

À 10h le futur époux se plaint de maltraitance et vol devant le même notaire.

Ils finiront quand même par se marier le même jour à Boucres (5MIR 408C/1, page 211/216)… mais je n’ai pas l’heure…

L’écart d’âge n’est pas énorme: d’après Lionel CHRESTIEN (chretienli sur Géneanet), il a 48 ans, et elle 33 ans.

.

Contrat de mariage 124 du 25/10/1735 (AD Dainville, 4E76/137, Denoeufville, notaire à Guînes)

Nicolas CHEVALIER, batelier demt à Guînes, veuf en dernières noces d’Anne BOUCLET d’une part… accompagné d’Albert BAYE et Antoine DEZOUTE ses amis.

Marie Antoinette LEMATTRE jeune fille à marier demt à Boucres, fille de défunt Pierre LEMATTRE son père et Marie Jacqueline EDOU sa mère d’autre part… assistée de sa mère, de Pierre et Louis LEMATRE ses frères, de Marie et Marie Anne ISAAC leurs femmes, de Pierre DAGBERT son beau frère à cause d’Angélique LEMATTRE sa femme, de Marie Catherine et Marie Françoise LEMATTRE ses sœurs…

Lesdits CHEVALIER et LEMATTRE promettent se prendre l’un l’autre à mari époux femme et légitime épouse plus tôt que faire se pourra, pourvu que ce soit le plaisir de dieu notre créateur et que notre mère la sainte église catholique apostolique et romaine y consente et accorde…

Il se prennent l’un, l’autre avec tous leurs droits nom raison action sans par iceux faire plus ample déclaration, se tenant content et satisfait de l’un l’autre, pour être du jour de la bénédiction nuptiale un et commun en tous biens meubles acquêt et conquêt…

Fait et passé à Boucres chez la mère de la future le 25/10/1735 à sept heures du matin.

.

Acte 125 du 25/10/1735 (même liasse)

L’an 1735, le 25/10/1735, à 10 heures du matin, moi notaire royal soussigné et témoins pris et appelés pour le défaut d’un second notaire, à la réquisition de Nicolas CHEVAILLIER dit MAROQUIN batelier demt à Guînes, me suis transporté au village de Boucres, où étant plusieurs habitants dudit lieu seraient venus avec tambours et cornets, se jetèrent sur lui avec plusieurs autres personnes, qui le conduisirent pour aller se marier à l’église dudit Boucres, l’auraient maltraité à sang coulant, et ledit MAROQUIN m’a déclaré qu’ils lui auraient pris dans « cette tulmute » ses bagues avec quoi il « s’alloit marier » avec quatre écus de six livres, pourquoi après aussi lui avoir pris sa perruque, il a été obligé de se retirer…

Pourquoi sur ladite réquisition j’ai dressé le présent procès verbal pour sur icelui donner plainte aux fins d’information en la justice criminelle de Calais, déclarant que Me LEBOEUF occupera, pourquoi ledit MAROQUIN s’est retiré pour s’aller mettre au lit…

Fait en présence d’Albert BAYE et Antoine DEZOUTE tous deux demt à Guînes.

(Début retranscrit tel quel… le notaire a du oublier des bouts de phrases…)

 

1 commentaire

Classé dans 1735 Guines, Guînes actes notariés

Une réponse à “Un charivari qui tourne mal ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.