Archives de Tag: Ardres

CM HEMBERT X LEFEBVRE en 1733 à Ardres

Contrat de mariage 916/6 du 07/05/1733 (AD Dainville, 4E15/6, BLANQUART notaire à Ardres)

Michel HEMBERT jeune homme laboureur demt à Ecottes paroisse de Licques fils de Pierre HEMBERT marchand et laboureur demt audit lieu et de défunte Louise BECQUELIN ses père et mère d’une part… assisté de son dit père.

Marie Marguerite LEFEBVRE jeune fille demt à Rodelinghem fille de Charles LEFEBVRE vivant laboureur demt audit Rodelinghem et de Marguerite TRIQUET ses père et mère d’autre part… assistée de sa dite mère, de Jacques TRIQUET demt audit Rodelinghem son oncle maternel et de Marguerite LEFEBVRE femme dudit TRIQUET sa tante du coté paternel.

De la part du futur époux, , a été dit et déclaré par ledit Pierre HEMBERT son père qu’en avancement de douaire et de sa succession, et sur ce qui peut lui revenir de la succession échue de ladite feue Louise BECQUELIN sa mère, il lui fait don de neuf mesures et demi ou environ de terre labourable en deux pièces :

– la première contenant sept mesures à prendre dans le nombre de onze mesures ou environ, lesquelles sept mesures tiendront d’une liste vers soleil levant aux héritiers de feu le sieur DESCLUZEAU, d’autre liste aux héritiers d’Honoré THUEUR, d’un bout vers le midi à la rue qui conduit de l’église dudit Rodelinghem au chemin de Guînes, et d’autre bout vers mer à Jean QUEHEN et autres, tenue foncièrement du roi à cause du domaine de Tournehem par un quartier de blé de chacune mesure de Tournehem de rente seigneuriale payable au jour de St Rémy.

– la seconde pièce contenant dix à onze quarterons qui font deux mesures et demi ou environ situées sur le terroir et dimage d’Ecottes, tenant d’une liste vers le levant aux héritier Gabriel DUPUY, d’autre liste du couchant aux héritiers Marie (GONDRY ?) d’un bout vers mer aux héritiers Antoine GAUDRI et d’autre bout vers le midi aux héritiers Jean FROY, tenue foncièrement de l’abbaye de Licques par un quartier de blé de rente seigneuriale pour la totalité…

…pour par ledit futur époux jouir des dites terres en toute propriété du jour de la consommation du futur mariage, à la charge de par lui de payer acquitter à l’avenir les dites rentes seigneuriales…

… De plus son père lui fait don de deux cavalles, à choisir dans le nombre de celles qu’il a et aura dans son écurie, d’une charrue, d’une herche et d’une charrette, les neuf mesures et demi ou environ de terres estimées valoir en totalité la somme de 700 livres, les deux cavalles, la charrue, herche et la charrette avec les arnachures, estimées à la somme de 250 livres.

Sera libre au futur époux de s’en tenir aux dons et avantages à lui fait, ou de venir en partage avec ses frères et sœurs en rapportant à la masse suivant la coutume.

Et de la part de la future épouse, a été dit et déclaré par ladite Marguerite TRIQUET sa mère, qu’il lui appartient ce qui doit lui revenir de la succession dudit feu Charles LEFEBVRE son père, et dont elle est unique héritière, et qu’en avancement de douaire et de sa succession future, elle lui fait don de cinq quarterons de terre à usage de labour situés sur le dimage de Rodelinghem, tenant d’une liste vers le levant à Antoine DELATRE, vers le couchant à Gabriel QUEHEN, d’un bout vers midi à Jean MALLOT et autres, et d’autre bout vers mer au chemin qui conduit de Rodelinghem à Bouquehault, tenues foncièrement du seigneur d’Autingues par cinq boisseaux de blé de rente seigneuriale payable au jour de St Rémy, lesdits cinq quarterons de terre provenant du patrimoine de ladite Marguerite TRIQUET, les donnant et cédant à sa dite fille pour tenir lieu et remplacement d’une mesure de terre provenant dudit feu Charles LEFEBVRE son père, qu’icelle TRIQUET a vendu pendant son veuvage à Laurent BAILLY huissier à Licques.

Plus elle lui fait don de six quarterons de terre aussi à usage de labour situés sur le même dimage de Rodelinghem, tenant d’une liste vers le couchant à Gabriel QUEHEN, vers le levant aux héritiers Philippe DELATTRE et autres, d’un bout vers midi aux héritiers du Sr BETRANCOURT, et d’autre bout de mer à monsieur de FUCQUIERS à cause de la dame son épouse, tenues foncièrement de l’abbaye d’Andres par dix boisseaux de blé de rente seigneuriale pour les six quarterons, payables audit jour de st Rémy…

… En outre elle fait don à sa dite fille d’une vache sous poil rouge, la dot de ladite future épouse estimée valoir la somme de 400 livres, compris la vache qui est estimée 30 livres.

Lui sera pareillement permis de s’en tenir aux dons à elle fait par sa dite mère, ou de venir en partage de ses frères et sœur en rapportant ou moins prenant suivant la coutume.

Seront les futurs époux uns et communs en tous biens meubles, acquêts et conquêts qu’ils ont et auront durant et constant leur mariage.

Poster un commentaire

Classé dans contrats de mariage