Archives de Tag: testament

Saint Omer, testament de Françoise QUERQUANT en 1740

Gros de St Omer, testament 2 du 16/04/1740, devant F Arnout FRANCOVILLE curé de Mentque

Françoise QUERQUANT, autorisée de Jean SAISON son mari, demt à la Watinne paroisse de Mentque, étant en ses bons sens, mémoire et jugement, quoique malade ainsi qu’il m’est apparu.

Considérant n’y avoir rien plus certain que la mort, ni plus incertain que l’heure d’icelle, ne voulant mourir ab intestat mais disposer de ses biens qu’il a plu à dieu lui prêter en ce monde, a dicté son testament et ordonnances de ses dernières volontés, cassant tous autres antérieurs, et se réservant la faculté de révoquer ces présentes…

Premièrement, elle recommande son âme à dieu créateur du ciel et de la terre, à la bienheureuse vierge Marie, à toute la cour céleste, au glorieux St Leger patron de l’église de Mentque et à St François son patron.

En second lieu, elle veut et ordonne qu’il soit chanté annuellement en l’église dudit Mentque et à perpétuité deux obits à la fin desquels se chantera un libera avec la collecte pro defunctis pour le repos de son âme et celle de Jean SAISON son mari ici présent et consentant, qu’elles seront pareillement recommandées aux prônes de la messe paroissiale dudit lieu tous les dimanches avec un de profondis et cela à commencer seulement après le décès du dernier mourant…

…. Pourquoi le curé aura pour rétribution quatre livres et le clerc dix patars, lesquels sommes se retireront sur une mesure dix verges de terres à labour qu’ils donnent à l’église de Mentque, située au terroir de Boisdinghem, listant d’amont à monsieur DAVAUX, d’aval aux héritiers Jean GUILBERT, aboutant vers mer aux héritiers Fiacre LEULIEUX et vers soleil à Gilles LAMBRICQUET, pour par ladite église en jouir en toute propriété à compter du jour du décès du dernier mourant, le surplus du rendage de ladite mesure dix verges de terres demeurera au profit d’icelle par pur don qu’ils en font, bien entendu que si ladite terre était chargée de grains au temps du décès du dernier mourant, la dépouille pourra être remportée par leurs héritiers pourvu qu’ils en paient le rendage.

En troisième lieu, elle veut et ordonne pareillement qu’aussitôt son décès arrivé, il lui soit chanté trois services en ladite église, son corps présent si faire se peut, et suivant qu’à son état appartient, et que son dit corps soit inhumé dans le cimetière d’icelle église.

En quatrième lieu, elle ordonne qu’immédiatement après son décès, il soit déchargé le nombre de 130 messes pour le repos de son âme et celles de ses parents trépassés, à la rétribution de dix sols chacune, desquelles le Sr curé dudit Mentque en déchargera tel nombre qu’il lui plaira.

En cinquième lieu enfin, elle veut et ordonne que Jacques SAISON demt à Acquin jouira immédiatement après son décès de sa part de biens, tant meubles qu’immeubles à son propre profit, en reconnaissance de bons services qu’il lui a rendu, et cela seulement jusqu’au jour du décès de Jean SAISON son mari, après quoi elle veut que son dit bien retournera à ses propres héritiers…

Exécuteur testamentaire : Antoine ROUSSEL laboureur et fermier à la cense de la Motte paroisse d’Acquin…

Témoins : François BOIN garde de la forêt de Tournehem demt en ce village de Mentque, Antoine ROUSSEL laboureur demt à Acquin.

Fait audit la Watine paroisse de Mentque dans la maison de la testatrice.

.

Jacques SAISON, le bénéficiaire, est certainement un neveu :

.

Gros de St Omer, contrat de mariage 210 du 15/07/1722

Jacques SAISON (croix cerclée) à marier demt à la Watine paroisse de Muncq fils de Jacques (croix) et de Jacqueline THIRANT, assisté de Jean SAISON (croix cerclée) demt audit Watine son oncle paternel et de Françoise QUERQUANT sa belle tante d’une part

Marie Nicolle DUVAL à marier demt à Nordalle paroisse d’Acquin fille de feu Liévin et d’encore vivante Nicolle EVRARD d’autre part.

Apport du mariant : 153 livres provenant de ses épargnes qu’il a fait depuis qu’il est au service dudit Jean SAISON son oncle. Et lesdits Jacques SAISON et Jacqueline THIRANT lui donnent une vache de poil noir estimée 54 livres et deux rasières de blé estimés 15 livres. Ledit Jean SAISON et sa femme donnent à leur neveu un cheval estimé 135 livres avec l’avestie d’une mesure de blé croissant au terroir de Boisdinghem, estimée 18 livres 15 sols.

Apport de la mariante : elle apporte sa part dans la succession de son père à prendre à l’encontre de ses frères et sœurs, et pour en reconnaître l’importance, on aura recours au partage qui s’en fera d’icelle. Et ladite Nicolle EVRARD donne à sa dite fille future mariante en avancement de son hoirie et succession une vache de poil noir estimée 54 livres, item l’avestie d’une mesure de blé séante au terroir d’Acquin estimée aussi 18 livres 15 sols, item quatre diseaux de scourion estimé 12 livres, deux diseaux d’avoine estimés cinq livres, un quarteron de warats estimé 20 sols, et a promis lui fournir un lit couvert de la valeur de 20 livres.

.

Gros de St Omer, contrat de mariage 257 du 04/01/1772

Jacques SAISON veuf en premières noces de Marie Nicole EVRARD et en secondes de Marie Anne LEVRAY de Bayenghem les Seninghem d’une part.

Marie Jacqueline MILLE veuve de Pierre François LEFRANC demt à Acquin, assistée de Jacques THUILLIER bailly dudit Bayenghem y demt d’autre part.

Aucune déclaration d’apport.

Poster un commentaire

Classé dans 1722 Saint Omer, 1740 Saint Omer, contrats de mariages 1722, Saint-Omer actes notariés, testaments 1740